Canards à foie gras

La vérité sur le gavage

Chez les canards, seuls les mâles sont gavés. En effet, le foie des femelles, plus petit et innervé, est indésirable dans la production de foie gras. Les femelles sont donc broyées ou gazées.

En 2019, en France, près de 46 millions de canetons sont nés pour la production de foie gras. Les femelles, qui représentent 35 % des jeunes oiseaux¹, n’ont pas d’utilité pour la filière. Chaque année, environ 16 millions de canetons femelles sont ainsi tués dès le premier jour de leur vie. Quant aux mâles, ils auront le bec mutilé avant d’être expédiés vers un élevage.

Le gavage en pratique

Après une phase d’élevage d’environ 80 jours vient la période de gavage qui dure de 10 à 14 jours pour les canards, autour de 18 jours pour les oies. Pendant la période de gavage, les canards sont gavés 2 fois par jour, les oies généralement 3 fois.

Cette pratique consiste à administrer de force à l’animal de grandes quantités de nourriture. Pour ce faire, un embuc (tuyau métallique) est enfoncé jusqu’au jabot (partie de l’œsophage) de l’animal pour y projeter une mixture à base de maïs. Cette opération prend 45 à 60 secondes avec la méthode artisanale. Elle ne prend que 2 à 3 secondes avec la méthode industrielle (largement prédominante) de gavage à la pompe hydraulique ou pneumatique.

La mixture administrée aux oiseaux est composée de maïs, d’eau et d’additifs. Très énergétique et déséquilibrée, elle vise à faire grossir le foie des animaux le plus vite possible. De 450 g à 1 kg de nourriture sont propulsés en un seul gavage.

La santé des oiseaux

Après chaque gavage, les oiseaux sont pris de diarrhées et de halètements (hyperventilation). Le fonctionnement du foie est perturbé et les animaux ont du mal à réguler la température de leur corps.

Les quantités ingérées en gavage sont telles que si on arrête de le forcer à manger, « l’animal refuse simplement de s’alimenter pendant une quinzaine de jours5 ».

Les oiseaux développent une maladie du foie appelée stéatose hépatique. Leur foie hypertrophié atteindra presque 10 fois son volume normal, entraînant des problèmes pulmonaires et locomoteurs. Cette croissance anormalement rapide provoque en période de gavage une mortalité de 7 à 20 fois plus élevée que chez les oiseaux non gavés.

En savoir plus sur les conséquences du gavage

« On entend par foie gras, le foie d'un canard ou d'une oie spécialement engraissé par gavage. »

Article L. 654-27-1 du Code rural

L'enfermement en cage

En France, la majorité des canards sont enfermés dans des cages de batterie collectives, où leur espace est si réduit qu’ils ne peuvent étendre les ailes sans se gêner les uns les autres. Plus rarement, les animaux sont enfermés dans des parcs en bâtiments, en particulier pour les oies.

Les animaux vivent sur des sols durs (grillage, caillebotis en métal ou en plastique…) qui laissent passer leurs déjections.

Cet environnement les empêche d’exprimer leurs comportements naturels (les canards sont des oiseaux aquatiques) et entraîne des blessures. Ils développent notamment des infections aux pattes appelées dermatites.

Les oiseaux fuient le gavage

La filière prétend que les oiseaux auraient plaisir à voir le gaveur revenir avec l’embuc de la machine à gaver. Pourtant, le rapport du Comité scientifique de la Commission européenne sur la santé et le bien-être des animaux rappelle en sa conclusion que « les membres du Comité ont observé qu’avant une séance de gavage, les canards et les oies font preuve d’un comportement d’évitement qui indique de l’aversion envers la personne qui les nourrit et la procédure de gavage. Après une courte période, les oiseaux qui peuvent le faire [c’est-à-dire ceux qui ne sont pas cloîtrés dans une cage] s’éloignent de la personne qui les a gavés ».

L'abattage

Après une dizaine de jours de gavage, à l’âge de 90 jours environ, les oiseaux sont entassés dans des caisses et emmenés à l’abattoir.

Ils sont étourdis par électronarcose (décharge électrique) puis saignés. Il arrive fréquemment que les oiseaux se réveillent avant ou en cours de saignée. Ils sont ensuite plumés, éventrés, vidés, puis leur foie est prélevé et conditionné pour être commercialisé.

Doublez votre impact

Votre don est doublé :
donnez 1 €, L214 reçoit 2 €* !

* du 17 au 27 juin