L'INRA au secours du foie gras

Enquête sur une expertise publique sous contrôle de l’industrie

Antoine Comiti, avec la collaboration d’Estiva Reus
Éditions Sentience, paru en novembre 2006, 270 pages

Dans cet ouvrage, Stop Gavage / L214 a révélé la subordination de la recherche publique aux intérêts des producteurs et demande que soient mises en œuvre les réformes nécessaires pour assurer l’intégrité de l’expertise en bien-être animal.

Synthèse de «L'INRA au secours du foie gras»

Présentation (6 pages)
(PDF, 600 Ko)
(English version)

«L'INRA au secours du foie gras»

Livre (270 pages)
(PDF, 7 Mo)

Alors que la contestation mondiale du gavage s’amplifie, alors qu’un nombre croissant de pays interdisent la production de foie gras, alors qu’un rapport d’experts européens conclut dès 1998 que le gavage est préjudiciable aux oiseaux, les recherches menées à l’INRA (Institut national de la recherche agronomique) sous financement de l’industrie du foie gras aboutissent à une conclusion spectaculaire : « aucun élément scientifique ne permet de dire que [le gavage] est source de mal-être animal1. »

Les études de l'INRA passées au crible

Stop Gavage a mené l’enquête, passant au crible les études des chercheurs de l’INRA qui concluent à l’innocuité du gavage. Ce travail de contre-expertise a révélé l’ampleur des biais méthodologiques et des données passées sous silence qui ont permis de produire ce résultat « scientifique » grâce auquel la filière du foie gras a obtenu qu’en France le gavage soit légitimé par la loi.

Dans les colonnes du Monde, Robert Dantzer, lui-même retraité de l’INRA, qualifie les travaux de ses confrères de « pseudo-science et de recherches d’opportunité, conduites par des chercheurs élevés dans le moule de la production animale ».

Le résultat de l’enquête de Stop Gavage est disponible sous la forme d’un livre : L’INRA au secours du foie gras. Enquête sur une expertise publique sous contrôle de l’industrie (Antoine Comiti, éditions Sentience, novembre 2006).

On y apprend – sur l’exemple du foie gras et quelques autres – comment la recherche en bien-être animal est subordonnée aux intérêts des filières viande, avec l’appui du ministère de l’Agriculture. L’ouvrage analyse les raisons structurelles conduisant à des expertises biaisées.

Par la publication de cet ouvrage, Stop Gavage entend alimenter le débat citoyen sur la vocation de la recherche publique et obtenir que des réformes de fond soient entreprises afin d’assurer la probité des études scientifiques sur la condition des animaux dans les élevages.

La question du bien-être animal doit échapper à l’emprise de ceux qui ont tout intérêt à ce qu’elle soit ignorée.

Sources