Ouvrons les yeux sur l'élevage, la pêche et les abattoirs
→ menu : parcourir le site ←

La production française de lapins de chair

Partager / Diffuser cette page

Plus de partage
 

les lapins sont élevés pour leur viandeLa France est le 4e plus gros pays producteur mondial de lapins élevés pour leur viande - les "lapins de chair".
Elle est précédée par la Chine, de l'Italie et de l'Espagne.

L'élevage des lapins en France

38 millions de lapins sont comptabilisés en abattage contrôlé mais le nombre de lapins élevés pour leur viande est plus élevé. Bien qu'en diminution, il existe encore des élevages familiaux qui comptent peu de lapines reproductrices. Nous décrirons ici les élevages professionnels qui alimentent en particulier les grandes surfaces.

Ces élevages comptent en moyenne 495 lapines reproductrices.
Chaque femelle a auprès d'elle 8 à 9 petits. Les 8 ou 9 petits de la portée précédente sont au stade de l'engraissement dans d'autres cages. En moyenne, dans un élevage, on compte donc plus de 6000 lapins présents. La taille moyenne des élevages a triplé entre 1984 et 2006.

100% cage de batterie

L'élevage professionnel est intensif de type hors-sol : les lapins sont enfermés dans des cages exiguës au sol grillagé pendant toute leur vie. Le temps de travail requis pour conduire ces élevages est réduit au minimum. Voir les détails de la vie et de l'abattage des lapins.

Des labels vantent parfois l'élevage en plein-air ou en semi plein-air : les conditions de vie des lapins y sont similaires à ceci près qu'ils sont plus exposés aux conditions climatiques. En aucun cas ils n'ont accès à de verts pâturages...

La production en bio ou en Label Rouge est marginale. Le Label Rouge représenterait moins de 1% des ventes, le bio n'est même pas quantifié...
Bio : les cages peuvent être déplacée sur de l'herbe donc les pattes reposent sur le sol. Les lapins ont plus de place qu'en standard.
Label Rouge : enclos au sol grillagé en engraissement avec 15 jours sur paille les derniers jours de vie, abattage à 90 jours au lieu de 72. Les densités sont moins élevées qu'en standard.

Des taux de mortalité importants malgré une utilisation massive d'antibiotiques

Le taux de mortalité dans les élevages est très élevé malgré une utilisation importante d'antibiotiques. Sur 100 lapereaux nés vivants, 20 lapereaux meurent avant d'atteindre l'âge où ils sont abattus (en moyenne 74 jours). Le taux de mortalité des mères est de 29 % par an.

Pas d'avenir sans cages

Nous avons rencontré des représentants du CLIPP, organisme qui regroupe les professionnels des élevages cunicoles en janvier 2008. La filière française ne s'est pas engagée dans le développement d'alternatives aux cages.

Certaines grandes surfaces européennes commencent à se détourner des lapins élevés en cage.

Manor, enseigne de grandes surfaces Suisse, n'achètera plus de lapins en provenance d'Italie. Les images des élevages montrées par les producteurs différaient de celles filmées directement dans les élevages par l'association suisse Kagfreiland... L'Italie a les mêmes modes de production que la France...

Une campagne d'information sur les conditions de vie des lapins de chair menée par Vier Pfoten a fait chuter les ventes de lapins en Allemagne. Les grandes chaînes de supermarchés allemandes Tengelmann et Kaiser's ont retiré les lapins issus de cages de leurs rayons.

Source complémentaire :
Annick Azard (ITAVI Service Economie), La production cunicole française - Caractérisation des systèmes de production et perspectives d’évolution, juin 2006.
ITAVI, Gestion Technico-economique des éleveurs de lapins de chair - Programmes RENACEB et RENALAP - Résultats 2006, septembre 2007, p. 60.

Pictogramme : lettre protection animale Nous suivre
Recevez notre lettre d'info