élevage le gaulois

enfer
pour les lapins

2022 - Ille-et-Vilaine

Fermons cet élevage !

Déjà  signatures !

    En cliquant sur “Signer”, vous acceptez de recevoir des communications de la part de L214 via les coordonnées collectées dans le formulaire. Vos données personnelles collectées resteront strictement confidentielles. Vous disposez d'un droit d'accès et de rectification, voir notre page Politique de confidentialité

    Merci d'avoir signé la pétition !

    Merci pour votre action !

    Augmentez votre impact :

    Bienvenue dans un élevage modèle

    Qu'est-ce qui se cache derrière cette barquette de viande de lapin de la marque Le Gaulois ?

    Qui est l’éleveur en photo sur l’étiquette ?

    Il s’agit du président de la Fédération nationale des groupements de producteurs de lapins. Ces images ont été tournées dans son élevage en Ille-et-Vilaine, en Bretagne. Il est également président du groupement Elvilap qui commercialise 2,6 millions de lapins par an.

    La situation des lapins y est catastrophique. Beaucoup sont gravement blessés aux pattes, aux oreilles, aux yeux. Les blessures ne sont pas soignées et s’infectent. Des lapereaux tout juste nés, mutilés par leurs mères fortement stressées, agonisent sur le sol grillagé des cages. Des lapins morts se décomposent au milieu des vivants. L’hygiène générale est déplorable.

    Ces éléments viennent aggraver une situation déjà terrible pour les lapins. Ils n’ont jamais accès à l’extérieur et sont élevés dans des bâtiments fermés, sans fenêtre. L’espace de vie par lapin, qu’il soit en cage ou en parc, équivaut à l’espace d’une feuille A4.

    L’idée de tuer des lapins pour les manger pose déjà un gros problème à la plupart des gens. Mais beaucoup ignorent que ces lapins vivent un calvaire pire que la mort : la (sur)vie en élevage intensif.

    exigeons sa fermeture et demandons le gel sur les nouvelles installations ou extensions d’élevages intensifs et la fin, sous 10 ans, des élevages privant les animaux d’accès au plein air. Merci de signer la pétition.

    Blessures

    Des lapins sont gravement blessés aux pattes, aux oreilles, aux yeux. Les blessures ne sont pas soignées et s’infectent.

    Sol grillagé

    Le sol des cages est source de blessures. Ce lapin s’est coincé les pattes entre les barreaux. Il ne peut plus en sortir.

    Mutilations

    Des lapereaux tout juste nés, mutilés par leur mère stressée, agonisent sur le sol grillagé de leur cage.

    Décomposition

    Des nouveau-nés et des lapereaux morts se décomposent dans les fosses d’excréments sous les cages.

    Mortalités

    Les animaux mortssont placés dans un congélateur. Il est rempli à ras bord de cadavres de lapins de tous âges.

    Ramassage

    Au moment de leur transport à l’abattoir, les lapins sont ramassés sans ménagement et empilés dans des chariots

    Actualités

    25 août 2022 : La préfecture d’Ille-et-Vilaine a ordonné une enquête suite à la plainte de l’association L214.

    Source

    25 août 2022 : L214 dévoile des images tournées dans un élevage de lapins de la commune de Domalain en Ille-et-Vilaine. Il s’agit de la SCEA du moulin, l’élevage de Frédéric Blot, président de la ​​Fédération nationale des groupements de producteurs de lapins. L214 demande la fermeture d’urgence de cet élevage. 

    Lire notre communiqué de presse  – Voir la galerie photos

    Logo L214

    L214 souhaite que notre société reconnaisse que les animaux ne sont pas des biens à notre disposition et que leurs intérêts méritent notre considération.

    Association L214 – Éthique & Animaux
    L214.com Mentions légales

    L214 sur les réseaux sociaux Facebook Twitter Instagram Youtube

    Fermons cet élevage et exigeons le gel de la construction de nouveaux élevages intensifs

    La SCEA du Moulin n’est pas n’importe quel élevage. C’est l’élevage du président de la Fédération nationale des groupements de producteurs de lapins, fédération qui représente plus de 90 % de la production française.

    Son dirigeant est également président du groupement Elvilap qui commercialise 2,6 millions de lapins par an. Cet élevage devrait être exemplaire. Et d’une certaine manière, il l’est : c’est ainsi que sont élevés plus de 99 % des lapins exploités pour leur viande en France.

    Les animaux n’ont jamais accès à l’extérieur et sont élevés dans des bâtiments fermés sans fenêtre. L’élevage exploite 1 500 lapines reproductrices. Isolées dans des cages, elles sont inséminées artificiellement tous les 42 jours. Au total, elles donnent naissance à plus de 130 000 lapereaux chaque année. Les lapereaux sont engraissés en cage (moins d’une feuille A4 par lapin) ou en parc (16 lapins par m2 c’est-à-dire à peine plus qu’une feuille A4 par lapin).

    Les images tournées au sein de la SCEA du Moulin montrent à quel point les animaux y vivent un calvaire. Des lapins sont gravement blessés aux pattes, aux oreilles, aux yeux. Les blessures ne sont pas soignées et s’infectent. Des lapereaux tout juste nés, mutilés par leur mère stressée, agonisent sur le sol grillagé des cages.

    Des lapins morts se décomposent dans les cages ou dans les fosses d’excréments sous les cages. L’hygiène générale est déplorable.

    Au moment de leur transport à l’abattoir, les lapins sont ramassés sans ménagement. Il arrive que le dirigeant de l’élevage jette lui-même des lapins dans les chariots de ramassage. Les lapins y sont entassés les uns sur les autres sur plusieurs couches.

    Nous, signataires de cette pétition, exigeons la fermeture d’urgence de cet élevage. De plus, l’élevage étant en cours d’agrandissement, nous demandons à la préfecture de s’opposer à ce projet.

    Les enquêtes dans les élevages intensifs montrent systématiquement des conditions de vie et une qualité de vie misérables pour les animaux. Nous demandons un moratoire sur les nouvelles installations d’élevages intensifs et sous 10 ans, la fin des élevages privant les animaux d’accès au plein air sous 10 ans, en accompagnant les éleveurs par un plan de reconversion.

    Destinataires :
    Madame Elisabeth Borne, Première ministre, cheffe du Gouvernement français
    Monsieur Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire
    Monsieur Emmanuel BERTHIER, préfet d’Ille-et-Vilaine et préfet de la région Bretagne

    Doublez votre impact

    Votre don est doublé :
    donnez 1 €, L214 reçoit 2 €* !

    * du 17 au 27 juin