→ visiter les abattoirs d'Alès et du Vigan

Abattoir Made in France - Mauléon

Logo de L214 - Ethique & Animaux
être tué à l'abattoir de mauléon

Après Alès et Le Vigan, ces images tournées à l'abattoir de Mauléon-Licharre dans les Pyrénées-Atlantiques montrent de nouveau l'extrême violence de la mise à mort des animaux.
"Dignité, respect, étourdissement, contrôle, bio" : les discours se veulent rassurants. La réalité est toute autre.
Dans cet abattoir, on arrache la vie à des agneaux de lait et des veaux terrorisés. Animaux frappés, mal ou pas étourdis, conscients au moment de la saignée, découpés à vif : une réalité insoutenable.

La viande ne représente aucune nécessité et pourtant des millions d'animaux agonisent derrière les murs des abattoirs. Ne fermons plus les yeux et agissons.

Photo d'un agneau frappé avec le matériel d'accrochage - Mauléon
Les animaux sont étourdis par décharge électrique ou frappés violemment avec un crochet.
Photo d'agneaux conscients sur la chaîne d'abattage - Mauléon
Certains agneaux ne sont pas étourdis et sont saignés pleinement conscients.
Photo d'un agneau écartelé sur le poste d'étourdissement - Mauléon
Un agneau est écartelé vivant à cause d’un crochet mal positionné et d’une surveillance défaillante.
Photo d'un bovin coincé dans un box de conten tion avant d'être étourdi - Le Vigan
Les veaux sont souvent deux ou trois dans le box d'étourdissement. Dans la panique, ils se piétinent les uns les autres.
Photo d'un mouton humilié par un employé - Le Vigan
Les étourdissements sont souvent ratés. Des animaux sont pleinement conscients sur la chaîne d'abattage.
Photo de veaux saignés par cisaillement - Mauléon
La découpe débute souvent sans attendre la mort des animaux. Les réactions aux coups de couteau sont manifestes.
En savoir plus : lire notre communiqué de presse

Mise à mort des agneaux

Mise à mort des bovins

L'avis des experts

Et dans les autres abattoirs ?

L214 enquête depuis 2008 sur les élevages et les abattoirs français. Au plus près des animaux, l'association documente leur conditions de vie et de mise à mort. À chacune de ses enquêtes, L214 témoigne de pratiques d'une cruauté routinière révoltantes pour la majorité d'entre nous. Une chose est sûre : les animaux tiennent à la vie et rien ne justifie le traitement qui leur est fait.

L214 souhaite que notre société en arrive à reconnaître que les animaux ne sont pas des biens à notre disposition, et ne permette plus qu’ils soient utilisés comme tels. Ils sont eux aussi des habitants de cette planète et leurs intérêts méritent considération. Découvrir L214

Dernières nouvelles

29.10.2018 - L’ancien directeur de l’abattoir est condamné à six mois de prison avec sursis et devra s’acquitter de près de 200 € d’amende. L’abattoir a été, lui, condamné à verser 10 000 € d’amende. Quant aux salariés, ils sont condamnés à des amendes allant de 80 à 520 € pour maltraitance sans nécessité.

17 et 18.09.2018 - Procès au tribunal de grande instance de Pau : après examen de l’ensemble des images fournies par L214 à la justice, 195 infractions ont été retenues par le Procureur pour engager des poursuites devant le tribunal. Le juge a requit 50 000 € d'amendes contre l'abattoir et 7 500 € contre son ancien directeur ainsi que 6 mois de prison avec sursis. Pour les salariés, des condamnations allant de 100 à 700 € ont été requises.

27.05.2018 - L’amendement visant à instaurer un contrôle vidéo dans les abattoirs, engagement de campagne d’Emmanuel Macron, a été rejeté par les députés (voir la liste des députés ayant voté pour la mesure).

22 et 23.11.2017 et 29 et 30.03.2018 - Audience du procès reportée.

01.07.2016 - La pétition demandant plus de transparence dans les abattoirs a recueilli plus de 150 000 signatures.

23.05.2016 - Réouverture de l'abattoir.

29.03.2016 - L'abattoir a fermé quelques heures après la diffusion des images.

29.03.2016 - L214 révèle des images tournées à l'abattoir de Mauléon dans les Pyrénées-Atlantiques. L'association porte plainte auprès du TGI de Pau contre l'abattoir pour sévices graves et demande un référé expertise auprès du Tribunal administratif de Pau.