Ouvrons les yeux sur l'élevage, la pêche et les abattoirs
→ menu : parcourir le site ←

Les menaces sur l'emploi

Partager / Diffuser cette page

Plus de partage
 
"A titre d'exemple, une U.T.H. (1) (Unité de Travail Humain) peut assurer le suivi de 550 cages mères contre 200 dans les années 80."

Il est reproché aux associations de protection animale de ne pas prendre en compte les emplois risquant de disparaître, si les élevages changeaient de fonctionnement ou pire si on les fermait.

Rappelons que c'est en rationalisant les méthodes d'élevage et en fusionnant les abattoirs, que les filières mettent les travailleurs ainsi que les éleveurs au chômage.

C'est le cas notamment de l'élevage cunicole avec ses méthodes rationalisées : "A titre d'exemple, une U.T.H. (Unité de Travail Humain) peut assurer le suivi de 550 cages mères contre 200 dans les années 80." (2)

En 1906 il y avait 43 % de la population active française vivait de l'agriculture (3), en 2014 il n'y en a plus que 2,5 % (4). Selon la FAO, "Les tendances actuelles de changement structurel impliquent la probable disparition, à rythme accéléré, des petits éleveurs dans les pays en développement comme dans les pays développés." (5)

Donc l'abolition de la viande aurait un impact bien plus faible sur la perte d'emploi, que ce que l'on vient de vivre, du fait de l'industrialisation.

D'autre part, les évolutions prônées par les animalistes (plein air, paille, anesthésie, etc.) du fait qu'elles nécessitent davantage de personnel pour produire la même quantité sont très souvent rejetées. Autrement dit les animalistes proposent des mesures qui augmenteraient le nombre d'emplois dans les élevages, tandis que le ministère et les filières se battent contre !

Les baisses du nombre d'emplois dans l'élevage sont dues entre autres à l'organisation même du marché, à la rationalisation des méthodes d'élevage et aux progrès technologiques. On ne peut pas l'imputer au travail des associations de protection animale.

(1) 1 Unité de Travail Humain représente le travail effectué par une personne. Pour les élevages cunicoles, 1 UTH = 35 heures / semaine. Annick Azard (ITAVI Service Economie), La production cunicole française - Caractérisation des systèmes de production et perspectives d’évolution, juin 2006, p. 32.
(2) Chambre d'agriculture des Pays de la Loire, La filière cunicole ligérienne : situation et perspective, septembre 2007.
(3) Yves Trotignon, La France au XXe siècle, tome 1, Bordas, 1968, p. 42.
(4) INSEE, Emploi total selon le secteur d'activité (%), consulté le 2 septembre 2016.
(5) FAO, Livestock’s long shadow – environmental issues and options, 2006, p. 283.

Pictogramme : lettre protection animale Nous suivre
Recevez notre lettre d'info