L'abattage par asphyxie au gaz

Le gazage au dioxyde de carbone (CO2) ou à un mélange de gaz concerne environ 15 % des cochons abattus en France et le même pourcentage d’oiseaux1. Cette technique d’« étourdissement » plonge les cochons dans une longue et douloureuse asphyxie avant leur perte de conscience. Pour les oiseaux (poulets, dindes, etc.), le gazage serait en comparaison moins douloureux que le bain d’eau électrifié généralement utilisé.

Le gazage des cochons

Par groupes de deux ou plus, les cochons sont contraints d’entrer dans des nacelles métalliques, parfois au moyen d’aiguillons électriques. Les nacelles sont alors abaissées dans un puits à teneur élevée en un gaz nocif (principalement du dioxyde de carbone (CO2), utilisé pur ou bien mélangé à d’autres gaz comme l’argon ou l’azote), qui provoque leur perte de conscience après plusieurs dizaines de secondes. Les cochons inertes sont alors remontés du puits et suspendus pour la saignée, comme pour tout autre abattage.

Ce qui rend cette technique particulièrement cruelle réside dans le fait que la perte de conscience n'est pas instantanée. Contrairement à l’électronarcose qui provoque une perte de conscience immédiate lorsqu’elle fonctionne, celle induite par le gazage ne survient que dans les 30 secondes suivant le début de l’exposition au gaz2, 30 secondes durant lesquelles les cochons subissent une asphyxie particulièrement insoutenable. Il est en effet établi qu’à des concentrations élevées, et d’autant plus s’il est utilisé pur, le CO2 provoque des réactions aversives (tentatives d’évitement), une hyperventilation (halètements), et une douloureuse irritation des muqueuses3, 4.

Depuis 2004, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) recommande l’abandon de cette pratique5. Cette recommandation officielle n’a pourtant pas été retenue dans le règlement, pour des raisons d’ordre purement économiques : « Les recommandations afférentes à l’abandon progressif du dioxyde de carbone pour les porcins ne sont pas retenues dans le présent règlement, l’analyse d’impact ayant révélé que ces recommandations n'étaient pas économiquement viables, à l’heure actuelle, dans l’Union européenne. »6.

Pierre Frottin, spécialiste « bien-être animal » de la filière française de production porcine (Ifip), reconnaît lui-même la cruauté particulière de cette technique d’abattage : « Ne nous le cachons pas, le CO2 est un gaz aversif qui, pendant les 15 à 20 secondes que dure l'inhalation, plonge l'animal dans une grande souffrance jusqu'à la phase d'induction, où il bascule dans l'inconscience »7.

En dépit de cette cruauté, 6 abattoirs de cochons utilisent encore ce procédé en France, dont ceux de Leclerc et de Fleury Michon, ce qui représente environ 15 % des cochons abattus annuellement8.

Grâce à des caméras installées à l’intérieur des nacelles de gazage des abattoirs d’Alès en 2015 et de Houdan en 2016 où le CO2 est utilisé pur, nous avons pu dévoiler au grand jour la longue et douloureuse agonie des cochons : mouvements de recul, tentatives de fuite, convulsions, suffocation, et vocalisations importantes (hurlements). À l’abattoir d’Alès, nous avons également constaté des durées d’exposition au gaz insuffisantes pour garantir l’inconscience des animaux jusqu’à leur mort. De nombreux cochons montraient alors des signes de reprise de conscience (respiration et relevés de tête) dans la salle de saignée.

Le gazage des oiseaux

Majoritaire en Allemagne, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, le gazage est peu pratiqué en France pour les oiseaux, où le bain d’eau électrifié est prépondérant.

Il est pourtant considéré par les experts comme la méthode d’étourdissement à privilégier pour les oiseaux9. Ne nécessitant pas de suspension en pleine conscience, et moins de manipulations, il serait en effet moins douloureux que le bain d’eau électrifié.

Pour autant, cet avis reste relatif, car pour les oiseaux comme pour les cochons, le CO2 induit de vives douleurs et des réactions d’évitement dès que sa concentration dépasse 30 %
10.

=> Contrairement aux méthodes électrique et mécanique qui sont instantanées lorsqu’elles fonctionnent, la perte de conscience provoquée par le gazage ne survient qu’après une douloureuse phase d’asphyxie. Pratiqué loin des regards, l’effet aversif du gazage sur les cochons est resté longtemps inconnu.

Lire aussi :

→ Revenir à « L'abattage des animaux »

→ Revenir à « L'abattage avec "étourdissement" »

→ Voir toutes nos enquêtes dans les abattoirs français

Références

1 Assemblée nationale, 2016. Rapport de la commission d’enquête sur les conditions d’abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français. Tome I, 316 p. (p. 83).
http://www.assemblee-nationale.fr/14/pdf/rap-enq/r4038-ti.pdf

2 EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments), 2004. Avis relatif au bien-être animal dans les principaux systèmes d’étourdissement et de mise à mort des grandes espèces commerciales d’animaux, (p. 13 /29).
https://efsa.onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.2903/j.efsa.2004.45

3 EFSA, 2009 (voir note 2), p. 13.

4 INRA (Institut national de la recherche agronomique), 2009. Douleurs animales : les identifier, les comprendre, les limiter chez les animaux d’élevage. Rapport d’expertise réalisé par l’INRA à la demande du ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche et du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, 339 p. (p. 227-228).
https://www6.paris.inra.fr/depe/Media/Fichier/Expertises/Douleurs-animales/Rapport-complet-Douleurs-animales

5 EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments), 2004. Avis relatif au bien-être animal dans les principaux systèmes d’étourdissement et de mise à mort des grandes espèces commerciales d’animaux. (pp. 5-6).
https://efsa.onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.2903/j.efsa.2004.45

6 Règlement (CE) 1099/2009 du conseil du 24 septembre 2009 sur la protection des animaux au moment de leur mise à mort. Considération (6).
http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=celex:32009R1099

7 Propos tenus par M. Pierre Frottin lors de son audition par la Commission d'enquête sur les conditions d'abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français.
Assemblée nationale, 2016. Rapport de la commission d’enquête sur les conditions d’abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français. Tome II, 574 p. (p. 145).
http://www.assemblee-nationale.fr/14/pdf/rap-enq/r4038-tii.pdf

8 Propos tenus par M. Daniel Delzescaux lors de son audition par la Commission d'enquête sur les conditions d'abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français.
Assemblée nationale, 2016. Rapport de la commission d’enquête sur les conditions d’abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français. Tome II, 574 p. (p. 221). http://www.assemblee-nationale.fr/14/pdf/rap-enq/r4038-tii.pdf

9 CIWF, 2016. L’abattage des poulets de chair. (p. 4).
https://www.agrociwf.fr/media/7428703/recommandations-abattage-volailles_mai-2016.pdf

10 EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments), 2004. Avis relatif au bien-être animal dans les principaux systèmes d’étourdissement et de mise à mort des grandes espèces commerciales d’animaux. (pp. 5-6).
https://efsa.onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.2903/j.efsa.2004.45

Partager / Diffuser cette page

Plus de partage
 
Pictogramme : lettre protection animale Nous suivre
Recevez notre lettre d'info