STOP
AU TRANSPORT
Des veaux NOURRISSONS

Partager sur facebook
Partager

Stop AU TRANSPORT DES VEAUX NOURRISSONS

Dans l’industrie laitière, les vaches donnent naissance à un veau chaque année. Considérés comme des sous-produits du lait, les veaux mâles sont séparés de leur mère, puis vendus à bas prix et engraissés pour la viande.

Nous avons suivi des camions venus d’Irlande, pays qui exporte plus de 100 000 veaux chaque année vers le continent.

Arrivés au port de Cherbourg, après une traversée de plus de 18 heures, les veaux sont déchargés dans un centre de transit et nourris dans la précipitation et la brutalité. Certains n’y survivront pas.

Les autres repartent ensuite dans les camions pour de longues heures de route, jusqu’en Italie, en Espagne ou aux Pays-Bas où ils seront enfermés pendant des mois dans des élevages intensifs. Leur triste vie s’achèvera à l’abattoir.

Des veaux nourrissons

Âgés de 14 jours à 3 semaines, ces veaux voyagent depuis l’Irlande vers les Pays-Bas, l’Espagne ou l’Italie.

Plus de 50h de transport

Les veaux nourrissons sont entassés dans des camions qui traversent la Manche sur des ferrys. La traversée à elle seule dure 18 h.

Les veaux assoiffés dans les camions

Les réserves en eau des camions ne suffisent pas à abreuver suffisamment les veaux. De plus, les équipements sont souvent inadaptés.

Maltraitance au centre de transit

Déchargés dans un centre de transit pour être nourris, les veaux reçoivent d'innombrables coups de bâton.

Mortalité

En cours de transport, certains veaux meurent de faim et d’épuisement. Leurs corps sont traînés hors des camions à l’arrivée.

Centre d'engraissement

À leur arrivée, les veaux sont parqués dans des bâtiments fermés. Pour les produits laitiers, les veaux vivent un véritable enfer.
Lire la vidéo
Lire la vidéo

Cruauté au centre de transit

Dans ce centre de transit près de Cherbourg, 2 500 veaux sont déchargés des camions pour être nourris. Affamés et apeurés, ils sont manipulés dans la précipitation et la brutalité. Certains sont roués de coups, traînés par les oreilles ou reçoivent des coups de pied.

Un employé n’hésite pas à sauter à pieds joints sur un veau qu’il a jeté à terre.

Ces sévices sont intolérables. L214 & Eyes on Animals portent plainte pour mauvais traitements et actes de cruauté.

L’Irlande exporte plus de 100 000 veaux chaque année.
0 %
des Français sont défavorables aux élevages qui concentrent les animaux dans des bâtiments fermés sans leur laisser d'accès à l'extérieur 1
0 %
des Français considèrent que la protection des animaux d’élevage devrait être renforcée 2

Signer la Pétition

La Commission européenne doit interdire le transport des animaux nourrissons.

Déjà  signatures !

    Merci d'avoir signé la pétition !

    Les nouvelles images révélées par L214 et Eyes on Animals montrent les conditions de transport effroyables des animaux nourrissons en Europe. Séparés de leur mère à leur naissance, épuisés, apeurés, déshydratés, traités avec brutalité, les veaux nourrissons subissent un véritable calvaire. Chaque année, plus de 100 000 veaux sont ainsi exportés depuis l’Irlande vers des centres d’engraissement intensif lors d’un voyage de plusieurs jours à travers plusieurs pays européens (France, Espagne, Italie, Pays-Bas…). L’Irlande n’est malheureusement pas le seul État membre de l’Union européenne à recourir au transport d’animaux (terrestre, aérien, fluvial et maritime). En tout, ce sont plus d’un million de jeunes veaux qui sont transportés chaque année à travers l’Europe.

    Même si un règlement européen de 2005 encadre le transport des animaux, aucune durée limite au trajet total n’est fixée et l’accès permanent des animaux à l’eau et à la nourriture pendant les voyages n’est pas garanti : des veaux nourrissons peuvent ainsi rester sans boire pendant 9 heures en toute légalité (et en pratique, certains ne pourront vraiment boire qu’à l’issue de leur transport) !

    Conscient des souffrances endurées par les veaux nourrissons et les autres animaux non sevrés pendant ces transports, le Parlement européen a voté en février 2019 une résolution invitant la Commission à définir la notion d’animal non sevré et à renforcer les limitations concernant leur transport.

    Comme nous, plus de 8 européens sur 10 partagent le souci de mieux protéger les animaux d’élevage (Eurobaromètre 2016). 

    C’est pourquoi, en tant que citoyennes et citoyens européens, nous demandons à la Commission européenne d’interdire tout transport d’animaux nourrissons. 

    Merci !

    Partagez cette enquête pour lui donner le maximum d’impact
    Partager sur facebook
    Partager

    La meilleure manière d’aider les animaux est d’arrêter de consommer leur chair, leurs œufs, leur lait, etc. Pour découvrir l’alimentation végétale, vous pouvez vous inscrire gratuitement au Veggie Challenge : tous les matins pendant 21 jours vous recevrez un mail avec astuces, recettes et bons plans pour remplacer la viande et les produits laitiers.

      Merci de vous être inscrit au Veggie Challenge !

      ActualitéS

      09.05.2019
      De nombreux articles de presse se sont fait écho des conditions de transport des veaux non sevrés en Europe.

      03.05.2019
      Les services vétérinaires ont saisi le parquet. Le procureur a ouvert une enquête pour actes de cruauté. Un employé a été placé en garde à vue.

      03.05.2019
      Le Parisien relaie l’enquête : Dans l’enfer des bétaillères à veaux.

      03.05.2019
      L214 & Eyes on Animals publient une enquête sur les conditions de transport effroyables des veaux nourrissons à travers l’Europe.
      →  Lire notre communiqué de presse.

      Logo L214

      L214 souhaite que notre société reconnaisse que les animaux ne sont pas des biens à notre disposition et que leurs intérêts méritent notre considération.