Municipales 2020 : petits bulletins, grandes conséquences pour les animaux

Le 26/02/2020

L214 révèle les engagements des candidats

Le samedi 29 février prochain, les citoyens pourront se rendre dans des bureaux de vote installés dans les rues d’une dizaine de villes en France pour découvrir à l’aide de bulletins géants quels candidats aux élections municipales sont engagés ou non pour la cause animale.

Certains candidats n’ont pris aucun engagement concret pour réduire la souffrance animale alors même que, depuis novembre dernier, les bénévoles de L214 leur proposent des mesures concrètes en les appelant à signer l’engagement « Une ville pour les animaux ».

Dans les rues de Paris, Lyon et Bordeaux, s’afficheront les visages de Rachida Dati, Gérard Collomb et Nicolas Florian. Ces affiches interpelleront les habitants sur les lourdes conséquences qu’auraient l’élection de ces candidats pour les animaux.
Aussi petit que soit le bulletin des habitants glissé dans l’urne le jour du scrutin, il aura de grandes conséquences pour les animaux pendant les six prochaines années.

Rachida Dati sur Politique & Animaux
Gérard Collomb sur Politique & Animaux
Nicolas Florian sur Politique & Animaux

L’observatoire Politique & Animaux, animé par L214, recense les candidats engagés ou non à réduire la souffrance animale via les compétences municipales.
Comme à Paris (Cédric Villani, Danielle Simonnet et David Belliard), Lyon (Grégory Doucet, Bruno Bernard et David Kimelfeld) et Bordeaux (Pierre Hurmic et Philippe Poutou), ils sont nombreux à avoir signé dans les plus grandes villes de France.

→ Découvrir l’ensemble des candidats engagés

Dans le cadre de cette campagne nationale, l’action du 29 février aura lieu simultanément dans 16 grandes villes de France : Aix-en-Provence, Angers, Avignon, Biarritz, Bordeaux, Caen, Clermont-Ferrand, Grenoble, Lille, Lyon, Nancy, Paris, Reims, Rouen, Strasbourg et Toulouse.

L’objectif de l’action des bénévoles L214 : donner aux 89 % de citoyens qui jugent la cause animale importante les moyens de faire un choix éclairé lors de leurs votes les 15 et 22 mars prochains.
Samedi, au bureau de vote L214, ils pourront rédiger un message personnalisé à destination de leur futur maire.

Élections municipales : l’occasion d’améliorer concrètement la condition animale

Les élections municipales peuvent permettre d’améliorer le sort et les conditions de vie des animaux car le maire, par ses compétences, détient de nombreux leviers pour agir.

L214 a ainsi proposé aux candidats aux élections municipales de signer l’engagement « Une ville pour les animaux » comportant une série de mesures en faveur des animaux, parmi lesquelles :

  • attribuer une délégation protection animale à un adjoint et inclure la protection animale dans la politique de la ville ;
  • exclure de la commande publique l’ensemble des produits issus de l’élevage intensif, issus des pires pratiques d’abattage, ainsi que les produits d’entretien testés sur les animaux ;
  • introduire dans les cantines deux repas végétariens hebdomadaires et une option végétarienne quotidienne ;
  • soutenir l’adoption par le Conseil municipal d’un vœu demandant une interdiction nationale des cirques détenant des animaux sauvages ainsi que des corridas ;
  • promouvoir la coexistence pacifique avec les animaux sauvages habituellement chassés et les animaux liminaires (vivant en ville sans pour autant être domestiqués, comme les pigeons) ;
  • soutenir une politique de stérilisation des chats errants.

→ Voir l’engagement proposé aux candidats

→ Voir le guide pratique des mesures de l’engagement

Des attentes partagées par 7 Français sur 10

L’enquête menée les 12 et 13 novembre 2019 par l’IFOP à la demande de L214 montre que 72 % des Français trouvent important que, dans leur commune, les candidats aux élections municipales de mars 2020 s'engagent sur des mesures concrètes en matière de protection animale.

72 % des Français sont favorables à ce que le/la maire de leur commune, à l'issue des élections municipales de mars 2020, désigne un·e adjoint·e en charge de la protection animale.

73 % sont favorables à ce que la viande, les œufs, les laitages et le poisson issus de l’élevage intensif soient exclus de la commande publique (cantines scolaires, restauration collective…).

64 % sont favorables à l’introduction de deux repas végétariens par semaine dans les cantines scolaires de leur commune.

→ Le sondage complet

Politique & Animaux : un observatoire de l’action des élus sur la cause animale

Parce que les animaux sont des êtres sensibles, capables de sensations et d’émotions, la place accordée aux animaux est une responsabilité de notre société.
89 % des Français jugent la cause animale importante. La question animale constitue donc un véritable enjeu politique et s’inscrit naturellement dans le cadre de l’action publique.

Le site Politique & Animaux de L214 recense les prises de position des personnalités et partis politiques au travers de plus de 6 400 articles, tous sourcés. Ces prises de position sont notées en fonction de leur impact sur les animaux et classées en 8 thèmes.
En fonction de l’impact, du type et de la date de ces prises de position, un algorithme calcule une note globale ainsi que des notes thématiques pour près de 3 000 personnalités politiques et 30 partis.
La plateforme Politique & Animaux répertorie également près de 60 enquêtes d’opinion relatives à la condition animale.
Au service de l’intelligence collective, Politique & Animaux a pour vocation d’engager les citoyens et les élus dans la mise en œuvre d’une démarche de progrès à l’égard des animaux.

→ Suivre l'actualité politique de la condition animale

Contacts presse :
Erwin Schildknecht (chargé de la campagne publique) : 07 85 68 15 78
Samuel Airaud (chargé d’affaires publiques) : 06 01 78 17 09
Camille Larange (coordinatrice des bénévoles) : 06 30 82 16 00



Partager / Diffuser cette page

Plus de partage
 
Pictogramme : lettre protection animale Nous suivre
Recevez notre lettre d'info