Ouvrons les yeux sur l'élevage, la pêche et les abattoirs
→ menu : parcourir le site ←

Nouvelle enquête : la souffrance des poulets Maître Coq

Partager / Diffuser cette page

Plus de partage
 

Le 12/06/2018

Leur alimentation contient systématiquement des antibiotiques

La nouvelle enquête révélée ce jour par L214 montre les conditions de vie de plus de 30 000 poulets dans un élevage Maître Coq, marque du groupe Arrivé, filiale de LDC. Une exploitation qui sert aussi de lieu de formation pour des étudiants en BTS « productions animales ».

Tournée fin avril et début mai 2018 en Vendée, la vidéo montre des animaux en grande souffrance. Les poulets sont entassés à plus de 21 par m²* et passeront leur courte vie enfermés, sans accès à l’extérieur.

Sélectionnés génétiquement pour grossir vite, les animaux se déplacent avec difficulté : certains sont tellement boiteux qu’ils n’arrivent plus à atteindre les abreuvoirs. D’autres souffrent de blessures importantes et ont du mal à respirer. Des poulets agonisent à côté de cadavres en putréfaction. Contrairement à ce qui est affirmé par la marque, tous les animaux reçoivent systématiquement et préventivement des antibiotiques directement inclus dans leur alimentation.

Élevage de poulets Maître Coq

→ Voir cette enquête (2 min)

→ Voir et télécharger des images brutes (10 min)

→ Voir et télécharger des photos de l’élevage

→ Lire le rapport complet et voir la vidéo associée

Malgré ces conditions d’élevage déplorables, Maître Coq assure sur son site Internet que « l’animal et son bien-être sont le cœur du métier de éleveurs ». L214 porte plainte aujourd’hui auprès du Jury de déontologie publicitaire pour la communication fallacieuse de la marque autour du bien-être animal et de l’usage des antibiotiques.

D’après Brigitte Gothière, directrice de l’association L214 : « À travers cette enquête, c’est tout un système de production intensif que nous pointons du doigt : non seulement les conditions de vie des poulets dans cet élevage sont inacceptables mais en plus la marque nous berce d’illusions avec un discours autour du bien-être animal et de l'usage des antibiotiques qui ne correspond pas à la réalité. C’est aberrant qu’une telle exploitation puisse encore accueillir des groupes de jeunes en formation et que l’on valorise ce “modèle” auprès des générations futures ! »

Avec 83 % des animaux détenus en élevage intensif et près de 800 millions d’individus tués par an, les poulets sont le triste symbole de la souffrance engendrée par un système productiviste ultra-dominant en France.

Pourtant, 91 % des Français se déclarent défavorables à l’élevage intensif de ces oiseaux, 91 % également considèrent que la prise d'antibiotiques en élevage de poulets est un problème important, et 66 % d’entre eux sont prêts à remplacer une partie de leur consommation de viande de poulet par des alternatives végétales (sondage IFOP - juin 2018). Fort de ce constat, L214 lance sa nouvelle campagne intitulée « 800 millions - Poulets d’origine exploitée » pour faire reculer l’élevage intensif de ces animaux, une campagne qui sera relayée dans plus d’une trentaine de grandes villes de France ce samedi 16 juin.

→ Le site de la campagne 800millions.fr

→ Les résultats complets du sondage

Contacts presse :
Sébastien Arsac : 06 17 42 96 84
Brigitte Gothière : 06 20 03 32 66
Isis La Bruyère (en Vendée) : 07 82 59 49 79

* 32 130 poulets pour 1500 m² jusqu’à 34 jours - voir le rapport complet.

Derrière les murs d’un élevage Maître Coq

Sur son site Internet, la marque annonce : « L’animal et son bien-être sont le cœur du métier de nos éleveurs. Nos éleveurs rendent visite aux volailles plusieurs fois par jour. Ils veillent en permanence à leur santé et observent leur comportement naturel. »

Observation des comportements naturels ? Les densités d’animaux sont telles qu’il est impossible pour les poulets de se déplacer librement, ni pour l’éleveur de prodiguer le moindre soin. De plus, les animaux présents dans cet élevage sont issus d’une souche à croissance accélérée, à l’origine de nombreux problèmes de santé : troubles cardiaques, respiratoires et locomoteurs.

En outre, contrairement à ce qu’annonce la marque sur son site Internet, la litière est sale et croûteuse. Il s’en dégage de l'ammoniac qui brûle la peau des poulets comme en témoignent les images d’animaux déplumés. Dans cet élevage, les lésions de la peau, tout comme les autres infections, ne sont pas soignées.

Pour tenter de pallier ces problèmes de santé et booster la productivité, des antibiotiques sont systématiquement intégrés dans l’alimentation des poulets. Avec de telles conditions, on pourrait penser que cet élevage fait figure de mauvais élève : malheureusement, il n’en est rien ! Au contraire, non seulement l’exploitation est considérée comme un élevage pilote, mais en plus elle accueille régulièrement des classes d’étudiants de la région.

→ Lire le rapport complet

8 poulets sur 10 endurent cet enfer

En France, 83 % des poulets sont détenus en élevages intensifs, dans des conditions similaires à celles révélées dans cette enquête. Un cas loin d’être isolé donc, puisque notre pays est même l’un des pires élèves au niveau européen ! Ainsi, d’après un récent rapport de la Commission européenne, les densités des élevages de poulets français figurent parmi les plus élevées !

Poulets de chair, la France mauvaise élève de l'Europe

En septembre 2017, L214 avait révélé des images dans un autre élevage de poulets sous contrat avec le volailler Doux.

Doux, Maître Coq : les images d’élevage se succèdent et se ressemblent tristement. Enfermement à vie, densités élevées, absence de perchoirs et d’autres enrichissements du milieu de vie, litière sale, poulets sélectionnés génétiquement et abattus un mois à peine après leur naissance… voilà la triste réalité de l’élevage intensif de poulets français.

Lancement de la campagne « 800 millions - Poulets d’origine exploitée »

Face à cette situation inacceptable, L214 a décidé d’agir. Avec près de 800 millions d’individus tués par an en France, les poulets sont les premières victimes de notre système de production. Et si la consommation de produits carnés baisse, cette tendance ne concerne pas la viande de volaille qui reste la deuxième viande la plus consommée par les Français derrière celle de porc. À grands renforts de marketing et de publicités trompeuses, les marques inondent le marché avec de la viande d’animaux issus d’élevages intensifs.

800 millions, Poulets d'origine exploitée

Parce que les poulets sont des êtres sensibles et intelligents, L214 lance une grande campagne de sensibilisation intitulée « 800 millions - Poulets d’origine exploitée ». À l’occasion de cette sortie d’enquête, 36 actions de terrain seront menées par les groupes bénévoles de L214, partout en France, ce samedi 16 juin afin de dénoncer les conditions d’élevage intensif des poulets et de mieux faire connaître ces oiseaux auprès du grand public.

Des actions pour les poulets dans toute la France

Ces actions de terrain seront également l’occasion de faire découvrir aux passants les alternatives végétales à la viande de poulet (nuggets, émincés et autres simili-carnés…). Ces dégustations permettront d’évoquer la question de l’alimentation végétale, car seule une réduction de la consommation de viande permettra véritablement d’épargner des souffrances aux animaux.

→ La campagne 800millions

→ Les actions de terrain prévues ce samedi

→ Les alternatives végétales à la viande de poulet

Contacts presse :
Sébastien Arsac : 06 17 42 96 84
Brigitte Gothière : 06 20 03 32 66
Isis La Bruyère (en Vendée) : 07 82 59 49 79

Pictogramme : lettre protection animale Nous suivre
Recevez notre lettre d'info