Ouvrons les yeux sur l'élevage, la pêche et les abattoirs
→ menu : parcourir le site ←

Cruauté dans un des plus gros abattoirs de cochons de Belgique: l’abattoir ferme!

Partager / Diffuser cette page

Plus de partage
 

Des supermarchés stoppent leurs approvisionnements

Cochons frappés, saignés à vif et même ébouillantés vivants, les images diffusées la semaine dernière par l’association Animal Rights ont fait l’effet d’une bombe en Belgique. C’est un militant infiltré, embauché du 24 janvier au 24 février 2017 à l’abattoir de Tielt, qui a pu filmer ces scènes d’horreur.

L’abattoir de Tielt (près de la frontière française) est un des plus gros abattoirs de Belgique : on y tue plus de 6 000 cochons par jour. Le jour même de la diffusion de ces images, le ministre flamand du bien-être animal a ordonné la suspension immédiate des activités de l’abattoir jusqu’à ce que ce dernier soit en mesure de proposer un plan permettant d’éviter les nombreuses infractions commises quotidiennement dans cet établissement.
Deux géants de la grande distribution belge (Delhaize et Colruyt) ont stoppé leurs commandes auprès de cet abattoir.

cruauté à l'abattoir de Tielt en Belgique

→ Voir la La vidéo publique sous-titrée en français

L’abattoir de Tielt bénéficiait du label Certus Quality Label qui lui a été retiré suite à la diffusion de ces images entraînant la perte des marchés à l’export vers l’Allemagne et la Hollande.
L’association Animal Rights a porté plainte et d’autres associations belges se portent partie civile à ses côtés. La pétition demandant la fermeture de l'abattoir a rassemblé plus de 150 000 signatures en quelques jours.

Autre conséquence : l’abattoir de Tielt qui abat chaque année 1.4 millions de cochons s’est vu refuser par la municipalité l’autorisation d’agrandissement pour une capacité d’abattage de 2.5 millions d’animaux.

Pour Isis La Bruyère, porte-parole de l’association L214 : « En France comme ailleurs, dès que des militants ont l’occasion d'entrer dans un abattoir, ils en ressortent avec un film d’horreur ! »
Face à ces images, Peter Singer, philosophe australien et professeur titulaire de la chaire d'éthique de l'université de Princeton, a réagi sur Facebook : « Pour faire cesser de telles maltraitances, arrêtons de manger les animaux ».

Contacts presse

Des cochons saignés en toute conscience

À l’abattoir de Tielt, les cochons sont étourdis au gaz CO2 (méthode aversive pour les animaux et remise en cause par l’Union européenne). Il arrive que le dispositif dysfonctionne : les images montrent à plusieurs reprises des cochons encore conscients, hissés sur la chaîne, égorgés et saignés. Dans ces cas, la loi exige de procéder à un étourdissement de secours, ce qui n’est pas réalisé dans cet abattoir. « L’exécution d'une anesthésie supplémentaire prend du temps », explique un vétérinaire qui travaille à l'abattoir. « Et entre-temps, la chaîne de production se remplit... ».
Sur les images, après avoir été saigné, un cochon, toujours conscient, est immergé dans l’eau brûlante, il tente de nager en hurlant de douleur puis se noie ébouillanté à vif.

Battus sans ménagement

Les images montrent comment les cochons reçoivent régulièrement des coups de pied et sont battus par les transporteurs et le personnel à l'arrivée à l'abattoir de Tielt. Les cochons boiteux sont traînés brutalement par les oreilles. Un cochon incapable de marcher est traîné par des chaînes hors du camion.

Fraude

Il n'y a pas que les lois du bien-être animal qui sont ignorées. Des étiquettes d'identification auriculaires des porcs étrangers sont coupées pour dissimuler leur origine.
Il arrive fréquemment que des animaux morts durant le transport ou dans les stations d'attente soient intégrés sur la chaîne d’abattage au lieu d’être retirés du circuit de la consommation. Un employé de l'abattoir explique devant la caméra discrète « si le vétérinaire ne le voit pas, on met vite un couteau dedans. »

Contacts presse

À propos d'Animal Rights

Animal Rights est une fondation active aux Pays-Bas et en Belgique. La fondation a été établie comme un groupe d'action contre l'expérimentation animale en 2009. Depuis 2015, elle mène des campagnes contre la fourrure, la chasse, l’abattage, l'expérimentation animale et pour la promotion d'alternatives végétales à l'alimentation carnée.

Pictogramme : lettre protection animale Nous suivre
Recevez notre lettre d'info