Ouvrons les yeux sur l'élevage, la pêche et les abattoirs
→ menu : parcourir le site ←

Des cadavres d'animaux en plein paris

Partager / Diffuser cette page

Plus de partage
 
Place St Michel, samedi 24 septembre, l'association L214 organisait une mise en scène choc pour questionner la place accordée aux animaux dans notre société. Une quarantaine de militants ont exposé des cadavres d'animaux (lapins, porcelets, poulets, canards, poissons, etc.) collectés dans des élevages et sur un marché à la criée pour les poissons. (Des précautions ont été prises pour prévenir le passage des enfants durant la tenue de l'exposition des cadavres.)

L'émotion était vive, les visages graves aussi bien du côté des manifestants que des passants. Ces vies exposées, montrant l'immense gachis que nous perpétrons chaque jour, ne laissaient pas indifférent.

L'objectif de cette opération consistait à provoquer une réflexion des passants sur l'élevage, la mise à mort et la pêche des animaux pour l'alimentation. Chaque jour, en France, plus de 3 millions sont tués en abattoir et 2 000 tonnes de poissons sont pêchés pour la consommation sans nécessité alimentaire.

Action pour l'abolition de la viande

→ Photos HD disponibles en téléchargement

→ Texte lu pendant l'action

→ Vidéo sur demande

Cette mise en scène était une contribution de L214 à la Semaine Mondiale d'actions pour l'Abolition de la Viande (SMAV) qui se déroule du 23 au 30 septembre 2011.

Semaine Mondiale d'actions pour l'Abolition de la Viande

Contact presse :
Brigitte Gothière : 06 20 03 32 66
Sébastien Arsac : 06 17 42 96 84
Photos et vidéos disponibles sur demande

Des animaux morts transformés en marchandises

Les cadavres d'animaux exposés ont été collectés dans des poubelles d'élevages et sur un marché à la criée (pour les poissons). Ils étaient destinés à être engraissés jusqu'à leur convoyage vers un abattoir, à finir dans les assiettes ou bien à produire jusqu'à l'épuisement (pour les poules pondeuses).

Ces animaux sont des représentants des animaux victimes de l'élevage et de la pêche.

Viande, œufs, produits laitiers et poisson nécessitent à un moment ou un autre l'exploitation d'animaux. La plupart auront souffert de leurs conditions d'élevage, beaucoup auront été mutilés (coupe des dents, coupe des becs, castration...). Les poissons auront été pêchés dans des conditions violentes et seront morts lentement asphyxiés sur le pont d'un bateau. Tous auront prématurément perdu leur vie pour finir dans des assiettes.

Semaine Mondiale d'actions pour l'Abolition de la Viande

L'habitude rend aveugle et indifférent

Nous savons qu'il n'est pas utile de manger des produits animaux pour vivre en bonne santé, bien au contraire. Aujourd'hui, on tue par habitude. Les animaux ont été relégués au rang de choses. Nous partageons pourtant avec eux la capacité à ressentir plaisir et souffrance. Ces animaux sont les victimes inutiles d'habitudes de consommation. Les regards se détournent devant les images d'abattoirs et pourtant les rayons des boucheries et des poissonneries exposent tranquillement les corps démembrés des animaux.

Des enquêtes et des images d'élevages et abattoirs pour ouvrir les yeux

L'association L214 est spécialisée dans la protection des animaux d'élevage. En amont des campagnes publiques, elle mène des enquêtes de terrain afin de documenter les modes d'élevage majoritaires pratiqués en France. Ainsi tout au long du dernier Salon international de l'agriculture, une vidéo d'enquête a été diffusée chaque jour sur un sujet différent (élevage de poules pondeuses, poulets de chair, ramassage de dindes, marché aux bestiaux, salle de gavage, etc.). L'association a également mené une enquête au sein d'un abattoir Charal dont les images ont choqué Bruno Lemaire, ministre de l'Agriculture.

Semaine Mondiale d'actions pour l'Abolition de la Viande

Une question de société

Cette intervention publique s'inscrivait dans un mouvement large de remise en cause de la viande et des produits animaux qui s'est aussi exprimée au travers d'ouvrages récents comme par exemple Bidoche de Fabrice Nicolino (LLL, 2009), Faut-il manger les animaux ? de Jonathan Safran Foer (Éditions de l'Olivier, 2011), Confessions d’une mangeuse de viande de Marcela Iacub (Fayard, 2011) ou encore les dernières parutions de Jean-Baptiste Jeangène Vilmer sur l'éthique animale (Éthique animale, PUF, 2008, L'éthique animale, Que sais-je ?, PUF, 2011, Anthologie d'éthique animale - Apologies des bêtes, PUF, 2011). La couverture du dernier numéro du Monde magazine, "Animal mon égal ?", était d'ailleurs consacrée à cette problématique.

Faut-il manger les animaux ?

Manifeste du mouvement pour l'abolition de la viande

Parce que la production de viande implique de tuer les animaux que l'on mange,
parce que nombre d'entre eux souffrent de leurs conditions de vie et de mise à mort,
parce que la consommation de viande n'est pas une nécessité,
parce que les êtres sensibles ne doivent pas être maltraités ou tués sans nécessité,

l'élevage, la pêche et la chasse doivent être abolis.

Contact presse :
Brigitte Gothière : 06 20 03 32 66
Sébastien Arsac : 06 17 42 96 84
Photos et vidéos disponibles sur demande

Pictogramme : lettre protection animale Nous suivre
Recevez notre lettre d'info