Pétition contre le plumage des oies vivantes

Le plumage des oies vivantes peut représenter jusqu'à 80% de la collecte mondiale des plumes. Malgré son interdiction en Europe, les 6 principaux producteurs de plumes sont européens, parmi lesquels la Hongrie, la Pologne et... la France !

Image Vier Pfoten

Image Four Paws

Plumer un palmipède (oie, canard, cygne...) vivant est interdit par des recommandations européennes (les mêmes qui concernent le foie gras). Seul le plumage des carcasses est autorisé. "Mais la qualité des plumes est nettement moins bonne", explique un éleveur français qui souhaite rester anonyme. À la différence du plumage sur oie vivante qui se fait à sec, le plumage d'une carcasse nécessite de tremper la bête, une fois tuée, dans de l'eau bouillante pour pouvoir la plumer.

Le plumage des oies vivantes peut représenter jusqu'à 80% de la collecte mondiale des plumes. Les 6 principaux producteurs de plumes sont européens, parmi lesquels la Hongrie, la Pologne et... la France, et concentrent 93% de cette production.

D'autres infos sur le blog de L214.

Signez la pétition

Signer la pétition lancée par la Fondation 30 Millions d'Amis à l'attention du Ministre de l'Agriculture hongrois, du Ministre de l'Agriculture suédois et du Président du parlement européen.


Ecrivez aux députés européens.

Vous trouverez ci-dessous un exemple de lettre à leur adresser.
Vous trouverez leurs adresses sur le site du parlement.

OBJET : Pratiques cruelles sur les animaux dans l’Union européenne

Madame, Monsieur,

Le lundi 2 février 2009, lors du journal télévisé de France 2, a été diffusé un reportage concernant un élevage d’oies en Hongrie. Le duvet de ces oiseaux est utilisé par des entreprises suédoises. Les oiseaux dont il était question dans ce document sont plumés vivants, et jusqu’à quatre fois lors de leur courte vie.
Cela s’appelle de la torture.

Il ne s’agit là que d’un scandale commun, un scandale de plus. L’Union européenne, si l’on considère le traitement qui y est réservé aux animaux, constitue un foyer de pratiques innommables, honteuses, « an-humaines ».
Du gavage des oies à la chasse à courre, en passant par la corrida, les abattages rituels, les trafics sordides, les « traditions » cruelles de toutes sortes, le sort des lévriers espagnols, les élevages concentrationnaires, les transports d’animaux destinés à la consommation, la vivisection, l’Europe n’est qu’un immense continent de torture.

Les députés européens sont élus pour contribuer à faire de l’Europe le lieu même de la sagesse, de la culture, de la paix et de la civilisation, non de la brutalité et de l’obscurantisme.

Il est grand temps de prendre la mesure de ce que l’humanité, si elle veut accéder à une véritable dignité, doit aux plus vulnérables d’entre les plus vulnérables : les animaux, qui sont à notre merci.

L’éradication de mœurs qui sont décidément par trop cruelles ne peut advenir que par le truchement d’une volonté politique ferme et sans appel.

Nous comptons sur vous, sur votre intelligence, sur votre conscience et votre part d’humanité pour agir rapidement dans ce sens. La civilisation est entre vos mains.

Avec nos salutations respectueuses,

Partager / Diffuser cette page

Plus de partage
 
Pictogramme : lettre protection animale Nous suivre
Recevez notre lettre d'info