Ouvrons les yeux sur l'élevage, la pêche et les abattoirs
→ menu : parcourir le site ←

Des poussins broyés et étouffés dans un couvoir en Bretagne

Partager / Diffuser cette page

Plus de partage
 

Le 12/11/2014

L214 porte plainte

L214 rend publique ce mercredi une vidéo issue d’un couvoir de Bretagne et montrant des poussins étouffés dans des sacs-poubelle, jetés vivants dans un broyeur ou laissés à leur sort dans les bennes à ordures. C'est ce que révèlent les images filmées cet été par un employé de l'entreprise, témoin de ces pratiques.
Une action de protestation aura lieu à Paris jeudi.

Enquête dans un couvoir - broyage des poussins

→ Infos, vidéo et témoignage

→ Photos

La vidéo montre les agissements routiniers d'une entreprise bretonne d'accouvage qui fait quotidiennement éclore des milliers de poussins à destination d'élevages de poules pondeuses ou de poulets de chair. À la naissance, les poussins sont triés et « sexés ». Les femelles de type « pondeuse » sont conservées tandis que les poussins mâles de la même souche sont écartés et traités en déchets. Les poussins faibles ou malformés subissent le même sort.

La plupart des poussins indésirables sont jetés vivants, par caisses entières, dans une broyeuse. D'autres caisses de poussins encore en vie sont directement jetées dans la benne à ordures – où se déversent les poussins déchiquetés par la broyeuse. Des milliers d'autres poussins sont étouffés dans des sacs-poubelle : la vidéo montre un employé remplir, refermer et écraser un sac de poussins vivants, puis l'abandonner – tandis que le sac continue de remuer.

Les images montrent également un employé s'amusant à faire tournoyer un poussin, ainsi que des travailleurs nettoyant le sol de l'entreprise à la raclette sans prendre garde aux poussins encore vivants tombés par terre.

L214 lance ce jour une pétition sur Change.org demandant au ministère de l’Agriculture l’interdiction de la mise à mort des poussins, pratique usuelle des couvoirs. Par ailleurs, l’étouffement de poussins dans des sacs-poubelle ou leur abandon dans les bennes à ordures étant des pratiques illégales, L214 porte plainte pour cruauté envers les animaux.

Pour Brigitte Gothière, directrice de L214 : « Ces images sont un véritable cauchemar qui brisent le cœur et inspirent une profonde indignation. Parce qu'aucun consommateur ne voudrait cautionner de tels sévices, nous mettons ces images à disposition du public pour lui permettre de prendre conscience de la maltraitance omniprésente dans les productions animales. »

Jeudi 13 novembre, L214 mènera à Paris une action visuelle dénonçant le sort des poussins.
 : à l'angle des rues Saint-Martin et Saint-Merri (Paris 4e)
Quand : de 11h à 12h.

Contacts :
Brigitte : 06 20 03 32 66
Sébastien : 06 17 42 96 84

Une poule en élevage = un poussin mâle tué

Poules pondeuses et poulets de chair actuels sont issus d'une sélection génétique de l'industrie visant soit le meilleur taux de ponte, soit la croissance musculaire la plus rapide. Aussi, les deux espèces sont très différenciées et les poussins mâles de race « pondeuse », non rentables, sont systématiquement tués - quel que soit le mode d’élevage, plein air compris.

En France, 7 couvoirs ont fait éclore 54 millions de poulettes en 2013. Environ autant de poussins mâles ont été tués le premier jour de leur vie.

« Gouffre entre élevage fantasmé et réalité »

Qu'elles soient révélées par des associations de protection animale ou par des journalistes d'investigation, les enquêtes documentant l'élevage révèlent le gouffre qui sépare l'imaginaire collectif de la réalité, sinistre, du terrain. Un imaginaire sciemment entretenu par les industries agricoles – à l'instar de la récente « campagne d'explication » du bien-être animal lancée par la FNSEA.

Par la publication de cette enquête, L214 souhaite ouvrir le débat sur la légitimité de ce qui est infligé à des millions d’animaux que nos lois s'accordent enfin à reconnaître comme des êtres doués de sensibilité.

Contacts :
Brigitte : 06 20 03 32 66
Sébastien : 06 17 42 96 84

Pictogramme : lettre protection animale Nous suivre
Recevez notre lettre d'info