Massacre de poules pondeuses à Kingersheim

Fin novembre 2010, en Alsace, une riveraine d'un élevage gigantesque de poules pondeuses boit un café. Depuis 2 ans, des milliers de mouches envahissent les alentours. Malgré les démarches des riverains, la situation persiste : en cette courte période de redoux, les mouches reviennent en force. L'élevage contenant 200 000 poules pondeuses n'y est pas étranger.

Et tout à coup, elle recrache son café ! Elle vient d'avaler deux mouches. De colère, elle se dirige vers l'élevage et entre dans le bâtiment... Stupéfaction. A ses pieds, des tonnes de fientes et au-dessus de sa tête un spectacle ahurissant : des cages où sont entassées des milliers de poules vivantes décharnées au milieu de milliers de cadavres.

Lire Hécatombe de poules pondeuses en Alsace

Elle donne alors l'alerte. Les services de l'Etat se mobilisent. Les poules sont sous-alimentées depuis 1 mois, il en meurt 3000 par jour, les salmonelles se sont développées dans l'élevage. La « solution » retenue est de tuer les survivantes. Les conditions de cette « euthanasie » sont assez obscures et les associations n'ont pas eu le droit d'accéder au lieu dont le périmètre a été rapidement encerclé par les gendarmes.

Lire Ramassage des poules à Kingersheim,
passez votre chemin, y'a rien à voir

Les dimensions industrielles accentuent le drame par le nombre de victimes : près de 200 000 à Kingersheim... l'équivalent de la population de Strasbourg aurait été décimée.

Electrochoc ?

L'agonie de ces poules pondeuses donnera-t-elle un électrochoc à notre société ? Encouragera-t-elle les supermarchés français à renoncer plus vite aux oeufs de batterie ? Les consommateurs seront-ils plus attentifs à éviter les œufs code 3 ? Le ministère de l’Agriculture cessera-t-il un jour de soutenir l’élevage intensif ?

L’entrée en vigueur au 1er janvier 2012 de la nouvelle directive « poules pondeuses » est une occasion à ne pas manquer pour éradiquer enfin les cages. En attendant encore mieux...

Partager / Diffuser cette page

Plus de partage
 
Pictogramme : lettre protection animale Nous suivre
Recevez notre lettre d'info