NOUVELLE ENQUÊTE

élevage intensif de cochons :

le prix de la charcuterie

Demandons à cochon de bretagne de s'engager contre le pire de l'élevage intensif

Déjà  signatures !

    Merci d'avoir signé la pétition !

    Merci pour votre voix !

    demandons au cochon de bretagne de s’engager à respecter le pig minimum standards

    Augmentez votre impact :

    le cochon de bretagne :
    les dessous de l'élevage intensif

    Dans cet élevage porcin des Côtes-d’Armor fournissant Le Cochon de Bretagne, les animaux ne sont ni « bien né[s]» ni « bien élevé[s] », contrairement à ce qu’affirme le slogan de la marque ! En effet, à l’EARL de la Ville És Plès, certains abreuvoirs sont vides : les animaux sont ainsi privés d’un accès permanent à l’eau, comme l’oblige pourtant la réglementation. Des truies sont laissées sans soins alors qu’elles sont gravement blessées, des porcelets agonisent tandis que d’autres sont déjà morts, des cadavres de plusieurs jours gisent au milieu des vivants.

    Ces truies et ces porcelets vivent dans des conditions d’élevage intensives incompatibles avec leurs besoins et  génératrices de stress et d’importantes souffrances : les truies donnent naissance à leurs petits enfermées dans des cages, les porcelets sont mutilés de façon systématique, aucun d’entre eux ne voit la lumière du jour… L214 porte plainte.

    Ces conditions d’élevage représentent malheureusement la norme : en France, 95 % des 24 millions de cochons abattus chaque année sont élevés dans ce type d’élevages intensifs.

    L214 lance donc aujourd’hui un appel à toutes les entreprises commercialisant de la viande de cochon, en commençant par Le Cochon de Bretagne qui s’approvisionne auprès de cet élevage, afin qu’elles s’engagent publiquement à respecter d’ici 2030 les critères du Pig Minimum Standards.  

    cochons : une vie de souffrances

    densités extrêmes

    Les fortes densités entravent les mouvements des animaux qui peuvent alors développer des comportements agressifs les uns envers les autres.

    environnement pauvre

    Les animaux vivent sur un sol nu ajouré et ne disposent d’aucun enrichissement répondant à leurs besoins : ni paille ni matériaux manipulables.

    vie en cage

    Les truies passent une grande partie de leur vie enfermées dans des cages individuelles si petites qu’elles ne peuvent même pas se retourner.

    coupe des queues

    La queue des porcelets est coupée dès la naissance de façon routinière. Cette mutilation douloureuse occasionne une plaie pouvant s’infecter.

    meulage des dents

    Les dents des porcelets sont systématiquement meulées alors que la réglementation l’interdit. 

    castration

    Les porcelets sont castrés à vif : une mutilation supplémentaire qui cause aux animaux de vives douleurs.

    ÉCRIVONS À COCHON DE BRETAGNE POUR LUI DEMANDER DE S'ENGAGER À RESPECTER LES CRITÈRES DU PIG MINIMUM STANDARDS

    Le Cochon de Bretagne n’a pas d’engagement suffisant visant à exclure les pires pratiques d’élevage et d’abattage. Envoyez un message pour demander à la marque de s’engager à respecter les critères du Pig Minimum Standards.

     Si l’adresse mail ne fonctionne pas, vous pouvez écrire à Cochon de Bretagne par courrier postal à l’adresse suivante : 

    LE COCHON DE BRETAGNE
    4, avenue du Chalutier Sans Pitié
    22190 PLÉRIN

    Actualités

    24.01.2023
    L214 dévoile des images montrant des sévices graves et des pratiques intensives dans un élevage fournissant Le Cochon de Bretagne. L214 appelle les entreprises à tourner le dos aux pires pratiques d’élevage et d’abattage des cochons.

    Lire notre communiqué de presse

    23.01.2023
    L214 dépose plainte auprès du procureur du tribunal judiciaire de Saint-Brieuc pour sévices graves envers des animaux commis par un professionnel.

    L214 interpelle les services vétérinaires de la préfecture des Côtes-d’Armor et la Direction générale de l’alimentation (ministère de l’Agriculture). 

    Logo L214

    L214 souhaite que notre société reconnaisse que les animaux ne sont pas des biens à notre disposition et que leurs intérêts méritent notre considération.

    Association L214 – Éthique & Animaux
    L214.com Mentions légales

    L214 sur les réseaux sociaux Facebook Twitter Instagram Youtube

    Demandons à Cochon de Bretagne de s'engager contre le pire de l’élevage intensif

    La marque Cochon de Bretagne promet des animaux « bien nés, bien élevés ». Mais derrière ce slogan se cachent des conditions d’élevage intensives déplorables pour les animaux : 
    • les truies passent une grande partie de leur vie enfermées dans des cages, 
    • les porcelets subissent des mutilations (castration, coupe de la queue, meulage des dents), 
    • les animaux sont entassés à des niveaux de densités extrêmes,
    • ils vivent sur des sols en béton ou plastique ajouré, sans matériaux manipulables et sans accès à l’extérieur, donc sans possibilité d’exprimer leurs besoins comportementaux les plus fondamentaux comme fouiller le sol. 
    Au-delà de ces pratiques malheureusement systémiques dans les élevages intensifs de cochons en France, les images d’un élevage de la marque Cochon de Bretagne révélées par L214 montrent également des cadavres dans les allées de l’élevage, des animaux agonisants qui ne sont pas pris en charge et des animaux blessés laissés sans soin : par exemple, une truie continue d’allaiter malgré une mamelle arrachée, une autre souffre d’un abcès disproportionné à l’arrière de la patte. Ces pratiques sont inacceptables. Pourtant, Cochon de Bretagne communique sur la qualité de ses produits et dit apporter « de réelles garanties sur l’Origine, l’Alimentation et l’Élevage des animaux ». Cochon de Bretagne, il est temps d’être cohérent avec vos promesses et de faire reculer les pires pratiques d’élevage et d’abattage des cochons en vous engageant à respecter les critères du Pig Minimum Standards. Merci pour les animaux.