Infiltration dans un abattoir Bigard

Ce n'est pas un film d'horreur C'est la réalité !

L'enquêteur témoigne à visage découvert

* Vidéo moins difficile à regarder

Interdisons l’abattage des vaches gestantes et l’abattage sans étourdissement

Déjà  signatures !

    Merci d'avoir signé la pétition !

    Merci !

    Partagez cette enquête pour lui donner le maximum d’impact

    Soutenez le travail d’enquête de L214

    des fœtus de veaux vidés de leur sang

    Sans expérience ni formation, Thomas Saïdi, un enquêteur de L214, s’est fait embaucher au sein des services vétérinaires officiels d’un abattoir du groupe Bigard (marques Charal et Socopa) à Cuiseaux en Saône-et-Loire.

    Il a été témoin d’importants dysfonctionnements au sein des services de l’État et de nombreuses infractions non sanctionnées, entraînant des souffrances terribles pour les animaux.

    Chaque jour, des vaches gestantes sont transportées à l’abattoir. Thomas a ainsi pu filmer des fœtus de veaux de tous âges au milieu des panses et des intestins des vaches abattues. Certains étaient sur le point de naître.

    Ces vaches n’auraient jamais dû arriver à l’abattoir puisque la réglementation interdit de les transporter au-delà de leur huitième mois de gestation. Morts par suffocation dans l’utérus de leur mère, les fœtus sont ponctionnés de leur sang. Le sérum en est extrait puis revendu à l’entreprise SeraFrance.

    À l’abattoir Bigard de Cuiseaux, pour l’abattage rituel, des bovins, après avoir été égorgés, sont suspendus encore conscients par une patte à la chaîne d’abattage, sans qu’aucun étourdissement d’urgence ne soit pratiqué pour leur épargner une extrême souffrance.

    Opposons-nous à ces horreurs ! Exigeons l’interdiction de l’abattage des vaches gestantes ainsi que l’abattage des bovins sans étourdissement. Merci de signer notre pétition.

    infractions

    Dans la cour de l’abattoir, une vache accidentée, mal assommée et encore consciente est chargée avec un chariot élévateur.

    fœtus de veaux

    Tous les jours, des vaches gestantes sont abattues. Les fœtus meurent par suffocation dans l’utérus de leur mère.

    vampirisation

    Chaque jour, un employé prélève le sang des fœtus par ponction cardiaque pour en extraire le sérum, commercialisé par SeraFrance.

    effroi

    Dans le cadre de l’abattage rituel halal, avant d’être retournées et égorgées, les vaches voient leur congénères suspendus à la chaîne en train de se vider de leur sang.

    souffrance extrême

    Pour l’abattage halal, les vaches sont relâchées du piège de contention alors qu’elles sont encore vivantes et conscientes.

    conscience

    Dans cet abattoir Bigard, il arrive que des bovins soient suspendus par une patte à la chaîne alors qu’ils sont encore conscients.

    Témoignage

    J'agis pour améliorer le sort des animaux !

    7 actions à réaliser

    pour aider les animaux

    Recettes, trucs et astuces en 21 jours pour découvrir comment laisser les animaux hors de nos assiettes.

      Merci de vous être inscrit au Veggie Challenge !

      Actualités

      • 28 octobre 2021. L214 a infiltré l’abattoir Bigard de Cuiseaux : sévices graves, collecte du sang sur les fœtus de veaux, services vétérinaires défaillants. Lire notre communiqué de presse.
      Logo L214
      L214 souhaite que notre société reconnaisse que les animaux ne sont pas des biens à notre disposition et que leurs intérêts méritent notre considération.

      Association L214 – Éthique & Animaux
      L214.com  Mentions légales

      L214 sur les réseaux sociaux Facebook Twitter Instagram Youtube

      Interdisons l'abattage des vaches gestantes et l'abattage sans étourdissements

      L’enquête menée par L214 à l’abattoir Bigard de Cuiseaux (71) souligne à quel point les abattoirs sont des lieux de non-droit pour les animaux et à quel point la viande est indissociable d’une violence extrême perpétrée à leur encontre.

      À l’abattoir de Cuiseaux, chaque jour, il arrive des vaches gestantes presque à terme, alors que leur transport est interdit pendant le dernier mois de gestation. En conséquence, des veaux sur le point de naître meurent lentement dans le ventre de leur mère, s’asphyxiant pendant qu’elle est tuée et découpée. Ils sont ensuite vidés de leur sang puis jetés à la poubelle, comme de simples déchets. Depuis 2017, l’Allemagne interdit l’abattage des vaches gestantes au dernier tiers de leur gestation, en raison de la capacité probable des fœtus, à un stade avancé de leur formation, à ressentir la douleur. Le transport des vaches gestantes, au moins lors du dernier tiers de leur gestation, devrait être formellement interdit.

      Par ailleurs, l’abattage sans étourdissement des animaux doit être interdit. Comme on peut le voir dans cet abattoir, des bovins de plusieurs centaines de kilos se retrouvent suspendus vivants et conscients pendant qu’ils se vident de leur sang. Aujourd’hui, il est scientifiquement établi que les souffrances engendrées par l’abattage sans étourdissement sont bien supérieures à celles d’un abattage avec étourdissement préalable. Quelques exemples :

      • Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) : « En raison des graves problèmes de bien-être animal liés à l’abattage sans étourdissement, un étourdissement devrait toujours être réalisé avant l’égorgement ».
      • Fédération des vétérinaires d’Europe : « L’abattage des animaux sans étourdissement préalable est inacceptable en toutes circonstances. »
      • Conseil national de l’Ordre des vétérinaires : « tout animal abattu doit être privé de conscience d’une manière efficace préalablement à la saignée et jusqu’à la fin de celle-ci. »

      L’enquête dévoilée par L214 montre également les défaillances criantes des services de contrôle de l’État. Seuls 1 à 2 % des abattages sont contrôlés alors qu’ils devraient être placés sous la surveillance continue des services vétérinaires. De plus, les infractions ne sont pas relevées et peuvent perdurer, entraînant des souffrances supplémentaires pour un grand nombre d’animaux.

      Pour toutes ces raisons et parce qu’il y a urgence, nous, signataires, demandons au gouvernement d’interdire la mise à mort des vaches gestantes, au moins lors du dernier tiers de leur gestation, et d’interdire l’abattage des animaux sans étourdissement (dans le cadre de l’abattage halal ou casher). Nous exigeons également que la mise à mort des animaux soit effectivement placée sous la surveillance continue d’agents dûment formés du service d’inspection, comme l’exige la réglementation, et que les infractions à la réglementation soient sérieusement sanctionnées.

      Cette pétition sera remise à Emmanuel Macron, président de la République et M. Jean Castex, Premier ministre.

      Doublez votre impact

      Votre don est doublé :
      donnez 1 €, L214 reçoit 2 €* !

      * du 17 au 27 juin