Notre site Recevoir notre lettre Lettres précédentes
Lettre d'info L214

L214 condamnée pour avoir révélé la souffrance des animaux

Nous continuerons à dévoiler la réalité des abattoirs

Le tribunal correctionnel de Pau a rendu lundi 18 novembre sa décision concernant les poursuites à l’encontre de l'association L214, suite à la diffusion d'une enquête filmée à l’abattoir de Mauléon-Licharre en 2016. Les juges ont relaxé L214 pour la diffusion des images, mais l'ont condamnée à 5 000 € d'amende pour complicité d'atteinte à l'intimité de la vie privée. Le tribunal a également condamné l'association à verser 1 500 € à chacun des salariés de l'abattoir. L'association fait appel de cette décision.

Celle-ci nous semble profondément injuste : l’association n'a jamais dévoilé l’intimité de la vie privée des salariés. Elle ne fait que montrer les conditions de mises à mort des animaux dans les abattoirs pour rendre visible une machine destructrice réglée en France à 2 400 mises à mort à la minute.

Si nous pouvions informer et faire prendre conscience de l’horreur qui se déroule derrière les murs des abattoirs ou des élevages autrement qu'en dévoilant des images, évidemment, nous le ferions.

Mais il faut se rendre à l'évidence : jusqu'à présent, seules les images ont permis de mettre en lumière la violence inouïe qui se déroule quotidiennement dans les abattoirs. En plus des prises de conscience, les images de Mauléon ont donné lieu à la condamnation de l'abattoir, de son ancien directeur et de quatre salariés notamment pour abattage sans équipement conforme, abattage sans personnel qualifié, abattage sans précaution pour éviter de faire souffrir, abattage sans étourdissement, immobilisation sans précaution et saignée tardive.

Voir la vidéo

Les images que nous avons diffusées ont permis la création d'une commission d'enquête parlementaire sur les abattoirs à l'Assemblée nationale et poussé l'ex-ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll à ordonner des inspections dans tous les abattoirs de boucherie en France. Cet audit avait révélé que 80 % des chaînes d'abattage présentaient des non-conformités : la terreur et la souffrance inhérentes à la mise à mort sont encore accentuées par le non-respect de la réglementation.

→ Lire notre communiqué de presse

Les images que L214 a révélées ont permis de s’intéresser également aux conditions de travail scandaleuses des personnels des abattoirs : la violence touche également les ouvriers chargés de faire le sale boulot. Si des salariés doivent répondre de leurs actes devant la justice, L214 s’est toujours attachée à souligner la responsabilité de nos choix de société et des dysfonctionnements qui incombent le plus souvent aux abattoirs et aux services de l’État.

Pour mettre fin à ce système injuste, cruel, effroyable pour les animaux et les humains et désastreux pour l’environnement, nous continuerons de divulguer ce que les industries agroalimentaires cherchent à nous cacher.

À bientôt,
L'équipe de L214