L214

Le 25/01/2021

Côtes-d’Armor : des cochons en putréfaction dans un élevage à l’abandon près de Saint-Brieuc


L214 porte plainte


Une vision d’horreur. Des dizaines de cochons ont été retrouvés morts pétrifiés dans une porcherie des Côtes-d’Armor près de Saint-Brieuc. Les équipements des salles de maternité ont été démontés, l’élevage a été fermé et les cochons ont été abandonnés à leur sort. Sur le sol d’une des salles gisent une vingtaine de cadavres. Dans d’autres salles, d’autres corps, parfois presque à l’état de squelette, sont grignotés par les rats. Une brouette pleine d'ossements traîne dans l’exploitation.

Les images que révèle L214 aujourd’hui sont terrifiantes. Si nous avons été avertis tout récemment, les faits, eux, se sont produits entre août et décembre 2020 et les corps, au moment du tournage des images le 13 janvier 2021, étaient encore éparpillés dans l’élevage (ils ont été retirés depuis). Les cochons sont-ils morts de faim, de soif ou asphyxiés par manque de ventilation ? Une enquête devra le déterminer. En tout état de cause, ils sont morts par manque de soins, ce qui caractérise le délit d’abandon passible de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende.

→ Le site dédié à l’enquête et la pétition

→ La vidéo d'enquête sur YouTube

→ Voir et télécharger des images brutes (libres de droits)

→ Voir et télécharger des photos (libres de droits)

L’éleveur possède une autre porcherie toujours en fonctionnement, sur la même commune que l’élevage abandonné. Il est adhérent au groupement Cooperl qui est censé accompagner les éleveurs « en cohérence avec les engagements du groupe visant à élever des animaux dans des conditions sanitaires optimales et garantir leur bien-être. »
Ni les services vétérinaires du département, ni la Cooperl n’ont été capables d’identifier les défaillances de l’éleveur et encore moins de pallier ses carences. Comment est-il possible de ne pas remarquer que l'éleveur ne livre plus de cochons à l’abattoir en provenance de cet élevage ? Comment le vétérinaire chargé du suivi de l’élevage au nom du groupement a-t-il pu passer à côté de la situation catastrophique de cet élevage ?

Ce mouroir, qui interroge la capacité de l’éleveur à gérer une exploitation, doit amener les autorités à intervenir d’urgence. L214 demande aux services de l’Etat de mener une enquête approfondie et d’ordonner une fermeture administrative immédiate de toutes les exploitations de cet éleveur.

Par ailleurs, L214 porte plainte pour cruauté et abandon d’animaux auprès du procureur de Saint-Brieuc en s’appuyant sur l’article 521-1 du Code pénal  : « Le fait, publiquement ou non, d'exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende. [...] Est également puni des mêmes peines l'abandon d'un animal domestique, apprivoisé ou tenu en captivité, à l'exception des animaux destinés au repeuplement. »

L214 demande également à ce que l’éleveur ne puisse plus détenir d’animaux ni exercer cette activité professionnelle, comme le prévoient les peines applicables au délit d’abandon de l’article 521-1, afin qu’une telle situation ne puisse plus se reproduire. Une pétition en ligne a été ouverte pour appuyer cette demande.

→ Le site dédié à l’enquête et la pétition

→ La vidéo d'enquête sur YouTube

→ Voir et télécharger des images brutes (libres de droits)

→ Voir et télécharger des photos (libres de droits)

Contacts presse 
Sébastien Arsac : 06 17 42 96 84
Brigitte Gothière : 06 20 03 32 66


À propos de L214

L214 est une association de défense des animaux. Depuis ses débuts en 2008, elle a rendu publiques plus de 100 enquêtes révélant les conditions d'élevage, de transport et d'abattage des animaux. Ces vidéos ont permis de révéler les pratiques routinières et les dysfonctionnements d'une industrie qui considère et traite les animaux comme des marchandises.

Forte de plus de 40 000 membres, suivie par plus de 750 000 personnes sur Facebook, L214 a notamment obtenu l'engagement de plus de 180 entreprises à renoncer aux œufs de poules élevées en cage et aux pires pratiques d'élevage et d'abattage des poulets élevés pour leur chair et la création d’une commission d'enquête parlementaire sur les conditions d'abattage des animaux. Participant activement au débat démocratique, L214 est régulièrement sollicitée par les médias pour son expertise, et revendique l’arrêt de la consommation des animaux et des autres pratiques qui leur nuisent.

Nos sites internet :

Notre site ! Trouver un restaurant où manger vegan ! Vegan Pratique : la recette d'un monde meilleur ! IMaginer les PROpositions VÉgétales de Demain Les positions des politiciens français au sujet des animaux L'impact de la viande sur viande.info Outils éducatifs, animations scolaires et ressources pédagogiques en éthique animale pour l'école et l'enseignement.

Nos réseaux sociaux :

Notre page Facebook ! Suivez-nous de près sur Twitter ! Nos vidéos