L214

Le 07/08/2015

Broyage des poussins : 36 parlementaires interpellent le ministre Le Foll

concoyeur poussins

Trente-six députés et sénateurs de tous bords* demandent au ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll de mettre fin à la pratique du broyage et du gazage des poussins dans les couvoirs.

Par question écrite, les élus ont soulevé que dans la production d’oeufs de consommation, “seuls les nouveau-nés femelles sont conservés (...) et les poussins mâles sont détruits : en effet, n'ayant pas les mêmes caractéristiques que les poulets élevés pour leur chair, ils sont considérés comme inutiles par la filière avicole. En France, ce sont environ 50 millions de poussins mâles qui sont ainsi éliminés de façon particulièrement cruelle au premier jour de leur vie : déchiquetés vivants à l'aide de broyeuses, gazés ou étouffés.”

Prenant exemple sur l’engagement de l’Allemagne à instaurer une détermination précoce du sexe dans l’oeuf pour éviter l’éclosion de poussins non désirés, les élus ont demandé au ministre “s'il envisage d'instaurer de façon obligatoire en France” cette méthode qui épargnerait une mort violente à des millions de poussins.

La mobilisation des députés et sénateurs fait suite à une vidéo, tournée par un employé dans un couvoir breton, de poussins jetés de façon routinière dans une broyeuse ou étouffés par centaines dans des sacs poubelle. Cette vidéo avait été révélée par L214 en novembre dernier.

Vidéo de présentation de L214, éthique et animaux

En avril, L214 avait sollicité un entretien au ministre Stéphane Le Foll pour lui exposer ses recherches et presser la mise en oeuvre d’alternatives dans tous les couvoirs français. Ce courrier est resté sans réponse du ministère, en dépit de l’annonce – faite au lendemain de la publication de la vidéo – d’une “nouvelle stratégie en matière de bien-être animal” comportant une remise à plat des normes de mise à mort.

Forts de l’appui des parlementaires et du soutien de 85 000 signataires de sa pétition “Stop au Broyage des poussins”, L214 a une nouvelle fois sollicité une rencontre avec le ministre afin de faire avancer le dossier. “Chaque jour, des milliers de poussins nouveau-nés sont déchiquetés vivants parce qu’ils sont considérés comme de simples déchets. Cette cruauté a trop duré. Le Code civil reconnaît désormais les animaux en tant qu’êtres sensibles : il est temps d’agir en conséquence.” a précisé Brigitte Gothière, porte-parole de L214.

→ Galerie-photos du couvoir, libres d'utilisation

Contact presse :
Brigitte Gothière : 06 20 03 32 66

* Ces questions écrites ont été posées entre le 16 juin et le 4 août 2015, par les députés :
Laurence Abeille (EELV, Val de Marne)
Brigitte Allain (EELV, Dordogne)
Laurence Arribagé (LR, Haute Garonne)
Danielle Auroi (EELV, Puy-de-Dôme)
Patrick Balkany (LR, Hauts-de-Seine)
Jean-Jacques Candelier (FG, Nord)
Dominique Chauvel (PS, Seine Maritime)
Olivier Dassault (LR, Oise)
Dominique Dord (LR, Savoie)
Nicolas Dupont-Aignan (DLR, Essonne)
Jean-Paul Dupré (PS, Aude)
Guénahël Huet (LR,Manche)
Jean Lassalle (Modem, Pyrénées-Atlantiques)
Thierry Lazaro (LR, Nord)
Frédéric Lefebvre (LR, Français établis hors de France)
François Loncle (PS, Eure)
Lionnel Luca (LR, Alpes-Maritimes)
Alain Marleix (LR, Cantal)
Philippe Noguès (PS, Morbihan)
Philippe Plisson (PS, Gironde)
Bérengère Poletti (LR, Ardennes)
Christophe Premat (PS, Français établis hors de France)
Gabriel Serville (D&R, Guyane)
Christophe Sirugue (PS, Saône-et-Loire)
Michel Sordi (LR, Haut-Rhin)
Michel Vergnier (PS, Creuse)

et les sénateurs :
Jean-Marie Bockel (UDI, Haut-Rhin)
Roland Courteau (PS, Aude)
Jean-Noël Guérini (LF13, Bouches-du-Rhône)
Chantal Jouanno (UDI, Paris)
Jean-Pierre Masseret (PS, Moselle)
Cyril Pellevat (LR, Haute-savoie)
Marie-Françoise Perol-Dumont (PS, Haute-Vienne)
Jean-Vincent Placé (EELV, Essonne)
Nelly Tocqueville (PS, Seine-Maritime)
Alain Vasselle (LR, Oise)


À propos de L214

L214 est une organisation de défense des animaux centrée sur les animaux utilisés dans la consommation alimentaire (viande, lait, œufs, poisson). Elle articule son travail sur 3 axes complémentaires :

  • Rendre compte de la réalité des pratiques les plus répandues, les faire évoluer par des campagnes d’information et de sensibilisation. Repérer et tenter de faire sanctionner les pratiques illégales par des actions en justice. Travailler à l’évolution de la réglementation.
  • Démontrer l’impact négatif de la consommation de produits animaux (terrestres ou aquatiques) et proposer des alternatives : diminution de la consommation, refus des produits issus de l’élevage intensif et promotion de l’alimentation végétarienne.
  • Nourrir le débat public autour de la place accordée aux animaux.
Notre site !     Trouver où manger VEGAN !     Vegan Pratique     Politique & Animaux     L'impact de la viande sur viande.info