Communiqué de presse L214 - Éthique & Animaux

Le 08/11/2013

Un compteur géant pour dénombrer les animaux abattus

5000 animaux abattus toutes les dix secondes

Photo du compteur humain

Samedi 9 novembre, Place Richebé, l’association L214 organisera une action symbolique pour interpeler sur l’abattage des animaux pour la consommation alimentaire.

Combien d'animaux meurent en France dans les abattoirs ou sur le pont des bateaux, le temps d'une promenade sur la Place Richebé ?

En direct, le calcul sera fait. Un "compteur humain" marquera cette cadence impensable : 5000 animaux toutes les dix secondes. Soit environ 17 milliards chaque année, rien que pour la France.

Selon Marie-Claude Lefebvre, organisatrice de l'événement : « par cette action nous appelons à voir l’agneau sous le gigot, le veau sous l’escalope, le cochon sous le jambon et la vache sous le steak. Nos choix alimentaires sont déterminants : l'alimentation végétale répond à nos besoins sans nuire à ceux des animaux. »

Pendant une heure, sept personnes tourneront les chiffres de ce compteur géant tandis qu'une trentaine de militants porteront des photos grand format d'animaux et d'abattoirs.

Happening contre l'abattage des animaux pour la consommation
Samedi 9 novembre, de 10h30 à 11h30
Place Richebé (métro République), Lille

Contact presse :

Marie-Claude Lefebvre : 06 04 47 71 80
Johanne Mielcarek : 06 02 37 02 60

→ Les conditions d'élevage en France en vidéo

→ Photos d'enquêtes en élevage

Pas de nécessité pour vivre en bonne santé

Chaque année, 60 milliards d'animaux terrestres et plus de 1 000 milliards de poissons sont tués pour être consommés.

Pourtant, la plus grande association au monde de professionnels de la nutrition, l’Association américaine de diététique et des Diététiciens du Canada (ADA), a établi que « les régimes végétariens (y compris le végétalisme) menés de façon appropriée sont bons pour la santé, adéquats sur le plan nutritionnel et bénéfiques pour la prévention et le traitement de certaines maladies. »

Des communautés de millions de personnes (40% de la population indienne par exemple, mais aussi plusieurs centaines de milliers de Français) se passent de viande au quotidien. Malheureusement, en France, la production de produits d'origine animale est subventionnée, leur consommation encouragée et même rendue obligatoire par décret dans les cantines scolaires et restaurants universitaires.

Production de viande et maltraitance des animaux vont de pair

Pour répondre à la demande en viande, la grande majorité des élevages sont de type intensif, entassant le plus grand nombre d’animaux dans le plus petit espace, au mépris de la capacité des animaux à ressentir des émotions et de la douleur. La plupart des animaux n’auront connu ni brin d’herbe ni rayon du soleil au cours de leur vie. Leur abattage se fera dans le stress et la panique pour les animaux, parfois sans étourdissement préalable, et toujours dans la souffrance.

Un récent sondage rapporte que le confinement d'animaux en bâtiments fermés est pourtant réprouvé par 9 Français sur 10. D'autres pratiques, comme les mutilations à vif (castration, coupe des queues, des cornes et des dents) semblent beaucoup plus méconnues mais non moins inacceptables.

L'action qui aura lieu sur la Place Richebé n'appelle pas à une consommation de viande plus attentive aux labels, bien que cette démarche dénote l'intention de causer moins de torts aux animaux. Elle appelle à réaliser qu'un monde sans violence commence par son assiette et sans vies sacrifiées sans nécessité.


À propos de L214

L214 est une association de protection animale centrée sur les animaux utilisés dans la consommation alimentaire (viande, lait, œufs, poisson). Elle articule son travail sur 3 axes complémentaires :

  • Rendre compte de la réalité des pratiques les plus répandues, les faire évoluer par des campagnes d’information et de sensibilisation. Repérer et tenter de faire sanctionner les pratiques illégales par des actions en justice. Travailler à l’évolution de la réglementation.
  • Démontrer l’impact négatif de la consommation de produits animaux (terrestres ou aquatiques) et proposer des alternatives : diminution de la consommation, refus des produits issus de l’élevage intensif et promotion de l’alimentation végétarienne.
  • Nourrir le débat public autour de la place accordée aux animaux.
Notre site !     Trouver où manger VEGAN !     Vegan Pratique     Politique & Animaux     L'impact de la viande sur viande.info