Ouvrons les yeux sur l'élevage, la pêche et les abattoirs
→ menu : parcourir le site ←

Elevages industriels : images censurées

Partager / Diffuser cette page

Plus de partage
 

Communiqué de presse du 24 juillet 2013

images poules pondeuses censuréesL’association L214 a reçu les signalements, photos et vidéos de deux élevages industriels détenant respectivement 111 000 et 200 000 poules pondeuses et approvisionnant l’entreprise Matines. Par décision de justice, il lui a été interdit de diffuser les images. Il est pourtant avéré que ces deux élevages sont en infraction avec la réglementation européenne en vigueur depuis le 1er janvier 2012.
Dans un des deux élevages, les poules et les œufs sont couverts de parasites.

Grâce aux codes se trouvant sur les oeufs, L214 a pu identifier les chaînes de supermarchés commercialisant les oeufs provenant de ces élevages : Carrefour, Super U, Monoprix et Casino.

L214 a envoyé un courrier aux gérants de ces élevages et aux services vétérinaires pour demander qu’une mise aux normes soit réalisée au plus vite. L214 a également adressé un courrier aux chaînes de distribution concernées.

En réponse, les exploitants ont déposé un référé contre l’association et obtenu l’interdiction de l’utilisation des images prises à l’intérieur des élevages sans l’accord du propriétaire.

L’enseigne Casino a stoppé ses approvisionnements auprès d’un des deux élevages après avoir eu confirmation de non-conformités auprès des services vétérinaires.

« Les images de ces deux élevages sont sans appel. La réglementation n’y est pas respectée et les animaux sont dans un état absolument pitoyable. Aujourd’hui, on nous interdit de montrer ces images en prétextant une atteinte à la vie privée des éleveurs ! Nous estimons qu’il serait légitime qu'elles soient portées à la connaissance des consommateurs. L’interdiction de diffusion de ces photos et vidéo menacent la liberté d’information et d’expression. En tant que lanceurs d’alerte, nous ferons tout pour obtenir l’autorisation les dévoiler au public » déclare Brigitte Gothière, porte-parole de l’association.

Contact presse

I - Les élevages concernés et l’origine des images

L’association L214 a reçu les images (photos et vidéos) et d’autres informations concernant ces élevages de façon anonyme. Les élevages sont clairement identifiés, ce que ne contestent pas les exploitants.

Élevage A : élevage approvisionnant Matines exploité par la société Val Produits sur la commune de Branges en Saône-et-Loire. Cet élevage a une capacité de 111 000 poules pondeuses et projette de s’étendre à 475 000 poules. Code sur les oeufs : 3FRWFB02 et 3FRWFB03
Cet élevage fournit la marque distributeur Bien vu de Système U et approvisionne également l’enseigne Carrefour. Les images datent d'octobre 2012 et février 2013.

Élevage B : élevage approvisonnant Matines exploité par le GAEC du Perrat sur la commune de Chaleins dans l’Ain. Cet élevage a une capacité de 200 000 poules pondeuses. Code sur les oeufs : 3FRAAB02 et 3FRAAB03
Cet élevage fournit Monoprix, Carrefour, Système U et Casino sous la marque Matines Mas d’Auge ainsi que les marques distributeur de Carrefour, Système U et Casino. Les images datent de juin 2013.

II - Les non-conformités avérées

L’élevage en batterie des poules pondeuses est réglementé par la directive européenne 1999/74/CE. Depuis le 1er janvier 2012, les cages doivent être équipées de « nids » artificiels (en pratique lamelles suspendues au plafond des cages et sol en plastique), perchoirs, litière pour le picotage et le grattage et raccourcisseurs de griffes.

Dans l’élevage A (société Val Produits), les nids ne sont pas conformes, les raccourcisseurs de griffes inadaptés et aucun dispositif pour le picotage et le grattage n’est installé. Dans une lettre à Carrefour, l’exploitant confirme la non-conformité des nids et l’absence de litière pour le picotage et le grattage.
Certaines poules n’ont plus que quelques plumes sur le corps. Des cadavres en décomposition avancée bloquent des oeufs.

Dans l’élevage B (GAEC du Perrat), les nids ne sont pas conformes et aucun dispositif pour le picotage et le grattage n’est installé. Casino a confirmé à L214 que les services vétérinaires (DDPP) ont reconnu la non-conformité des nids et indiqué une sur-densité des poules pondeuses dans les cages lors de la mise en place dans l’élevage !
Comme dans l’élevage A, certaines poules n’ont plus que quelques plumes sur le corps. Des cadavres en décomposition avancée bloquent des oeufs. Des oeufs et de nombreuses poules sont infestés de parasites.

III - Casino stoppe ses approvisionnements

Casino, suite au contrôle des services vétérinaires, lequel a conclu que l’élevage ne se conformait pas à l’ensemble des dispositions de la directive de protection des poules pondeuses, a décidé de stopper provisoirement ses approvisionnements auprès du GAEC du Perrat. Nous saluons la réactivité exemplaire de Casino dans ce dossier.
À ce jour, nous n’avons reçu aucune information concernant les autres enseignes.

Pictogramme : lettre protection animale Nous suivre
Recevez notre lettre d'info